La tragédie de la classe ouvrière ukrainienne

16. júl 2022 • Sondy a intervencie nacionalizmus, Rusko, teória, Ukrajina, vojna

À la fin de l’année 1965, les apparatchiks du Parti communiste d’Ukraine ont reçu un samizdat (en ukrainien : samvydav) scandaleux intitulé « Internationalisme ou russification ? ». Il affirmait que derrière la façade de coexistence fraternelle des peuples en URSS se cachait un chauvinisme grand-russe qui empêchait le véritable développement de la culture nationale, supprimait l’histoire des peuples non russes, promouvait la russification et encourageait l’ukrainophobie. En utilisant des références aux écrits de Lénine, le manuscrit soutenait que cela était le résultat d’une « révision complète de la politique du parti léniniste sur la question nationale, une révision effectuée par Staline dans les années 1930 et poursuivie par Khrouchtchev au cours de la dernière décennie. »1

L’auteur de ces mots, Ivan Dziuba, originaire de l’Oblast de Donetsk, critique littéraire et dissident ukrainien, est mort tout récemment : le 22 février 2022. L’attaque de Kiev a commencé à peine deux jours plus tard.

Les représentants russes ont exposé divers arguments pour justifier et légitimer l’invasion. L’accent qu’ils mettent sur les différents objectifs de l’opération dite spéciale change également, de la protection des « républiques populaires » autoproclamées de l’Est à la « dénazification » et à la « démilitarisation » de l’Ukraine, en passant par le changement de régime ou la création d’un corridor entre le Donbas et la Transnistrie. Toutefois, un message central s’est peu à peu dégagé de leurs déclarations : premièrement, l’État ukrainien ne peut prétendre à l’existence, du moins dans ses frontières actuelles ; et deuxièmement, il n’existe pas de nation ukrainienne distincte, mais une simple variante de la nation russe trinitaire qui comprend les Grands Russes (c’est-à-dire les Russes), les Biélorusses et les Petits Russes (c’est-à-dire les Ukrainiens et les Ruthènes).

Les actions de l’armée russe dans les territoires occupés en sont le reflet. Les soldats enlèvent les panneaux en ukrainien et toutes sortes de symboles ukrainiens. Des agents du FSB interrogent les directeurs d’école et les enseignants. Le nouvel administration militaro-politique émergente a annoncé la transition du système éducatif vers le programme russe et l’enseignement en russe uniquement. De nombreux réfugiés qui passent par les « camps de filtration » se retrouvent à des milliers de kilomètres de chez eux, au cœur du territoire des occupants. Selon certaines spéculations, les « républiques » existantes, ainsi que d’éventuelles nouvelles formations de ce type (par exemple, dans l’oblast de Kherson), pourraient faire partie de la Fédération de Russie.2

La guerre actuelle contre l’Ukraine est irrédentiste : son but est de ramener à l’empire (« fédération ») un territoire qu’il considère comme sien. Selon ce point de vue, l’Ukraine n’a été perdue que temporairement, et est habitée par une population qui a simplement oublié sa véritable identité nationale. La théorie et la pratique de ce conflit est le même chauvinisme grand-russe que Dziuba dénonçait. Parfois, il apparaît sous sa forme classique, tsariste et orthodoxe, parfois, il emploie une imagerie stalinienne dans laquelle le culte de la Grande Guerre Patriotique joue un rôle central. Il en résulte un mélange bizarre. Les nouvelles armoiries de l’Oblast de Kherson occupé font référence au symbolisme tsariste. En même temps, les occupants brandissent des drapeaux rouges avec un marteau et une faucille qui annonçaient autrefois la fin de la dynastie Romanov. On ne peut donner un sens à ce méli-mélo que si l’on comprend que l’ingrédient unificateur est le chauvinisme grand-russe.

La question nationale, si centrale dans les préoccupations des révolutionnaires opérant sur ce même territoire il y a plus de cent ans, joue un rôle clé dans cette guerre. C’est pourquoi ce conflit apparaît à certains comme anachronique, déplacé dans l’Europe contemporaine. Au cours des soixante-dix dernières années, la plupart des pays européens n’ont connu de conflits liés à l’autodétermination nationale que sous la forme de soulèvements anticoloniaux qui ont eu lieu dans le Sud (c’est-à-dire les nombreuses guerres en Afrique ou en Asie du Sud-Est), ou sous la forme de luttes séparatistes beaucoup moins intenses (par exemple, l’Irlande du Nord, le Pays basque). La disparition sanglante de la Yougoslavie a tout simplement été oubliée, bien qu’injustement. Comme les six guerres de 1991–2001 qui ont accompagné l’éclatement de la fédération des Balkans, l’invasion russe de l’Ukraine doit être considérée dans le contexte de la transformation du « socialisme d’État » et de l’échec de ses tentatives de résoudre la question nationale sur les anciens territoires de l’Empire russe et de l’Autriche-Hongrie.

Les crises profondes et les changements économiques et politiques subséquents que ces États ont connus depuis le milieu des années 1980 ont fait remonter à la surface des tensions nationales que les régimes du bloc de l’Est avaient tenté de contenir. Dans le même temps, le nationalisme – de ses versions chauvinistes extrêmes à ses versions « pacifiques » et civiques – a joué un rôle clé dans la légitimation des mouvements contre les régimes staliniens. Il a connu une renaissance majeure dans les arènes politiques des nouveaux États. La division calme de la ČSFR en République tchèque et Slovaquie ou la « réunification de la nation allemande » pacifique après la chute du mur de Berlin ont été des exceptions. La disparition de l’URSS s’est accompagnée d’une série de conflits armés, des affrontements entre les manifestants et la police et l’armée aux guerres brutales en Tchétchénie. La guerre de la Russie contre l’Ukraine, qui a commencé en 2014, est une continuation de cette série, tandis que l’invasion de février 2022 n’est qu’une escalade d’un conflit existant.

La guerre actuelle ne peut être comprise que dans le contexte du développement du capitalisme ukrainien et de ses spécificités. Dans ce texte, nous le retraçons depuis l’indépendance de l’Ukraine et l’émergence de « clans » régionaux et sectoriels au sein de la classe capitaliste, dont certains avaient des liens étroits avec l’économie de la Fédération de Russie. En politique, la compétition de ces clans a pris la forme d’une lutte pour les postes lucratifs qui permettaient d’accéder aux ressources de l’État. La question nationale – en partie pour des raisons historiques – s’est intégrée à cette lutte et a été utilisée comme instrument de mobilisation par les projets politiques des oligarques. Si le pouvoir des clans a constitué un frein au développement économique, leur rivalité a été à la base de l’instabilité politique. Cette dernière a culminé en 2013–2014 avec l’Euromaïdan, l’émergence de « républiques » autoproclamées dans le Donbas, ainsi que le début d’un conflit militaire avec la Russie. Dans un prochain article, nous analyserons les défis posés par l’invasion actuelle aux travailleurs d’Ukraine et de Russie et examinerons la question de la position qu’ils doivent adopter face au conflit.

Capitalisme de copinage

L’Ukraine est devenue indépendante en 1991 à la suite d’un référendum auquel plus de 90 % des électeurs ont voté pour.3 Jusqu’en 2014, la Russie a accepté ce résultat et reconnu l’existence de l’Ukraine dans une sorte de régime de « souveraineté limitée ». L’Ukraine était liée à son grand voisin par des relations économiques4 et la Russie a pu utiliser ses clients locaux pour influencer le développement politique interne. Cette dernière a longtemps été turbulente.

La période de transition économique au cours de laquelle l’Ukraine a suivi, dans une certaine mesure, les prescriptions du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, a rapidement créé une nouvelle classe capitaliste. Au début, elle était composée principalement de « directeurs rouges » (c’est-à-dire les cadres du régime stalinien), puis de couches plus larges – issues des rangs de l’intelligentsia technique, de diverses parties de l’appareil d’État et de la pègre. Les années 1990 ont été un véritable Eldorado pour cette classe, bien que souvent assez dangereux pour ses membres individuels. En utilisant des méthodes légales et extralégales, elle s’est emparée d’entreprises et de banques clés, qu’elle a soit dépouillées de tous leurs actifs, soit concentrées dans des holdings et des groupes d’investissement géants. Les bénéfices sont exportés vers des paradis fiscaux. Dans le même temps, il a commencé à prendre le contrôle des médias et de la politique. Contrairement à ses prédécesseurs de la nomenklatura stalinienne, il a également réussi à s’intégrer dans la classe capitaliste mondiale, du moins en ce qui concerne l’utilisation de son fonds de consommation (yachts et propriétés de luxe à l’étranger, jets, ainsi que des investissements privés sur les marchés financiers internationaux).

Pendant ce temps, le PIB réel par habitant de l’Ukraine était en baisse constante – jusqu’en 2000. L’espérance de vie moyenne est passée de 70,5 ans (en 1989) à 67,7 ans. Le non-paiement des salaires,5 le travail dans l’économie informelle et la baisse du pouvoir d’achat sont devenus des réalités quotidiennes pour la classe ouvrière ukrainienne. Bien que les nombreuses grèves, marches, grèves de la faim et blocages aient réussi à remporter quelques succès locaux (par exemple, le paiement des arriérés de salaires, le report de la privatisation, etc.), ils n’ont pas réussi à changer le cours général des choses ou à créer un mouvement plus large.

Jusqu’à présent, l’histoire n’est pas très différente de celle de la Russie.6 Toutefois, la centralisation et la consolidation que Poutine a mises en œuvre après la crise financière asiatique et l’effondrement du rouble (1997–98) n’ont jamais eu lieu en Ukraine. Poutine a progressivement nationalisé certaines entreprises énergétiques, construit une « verticale du pouvoir », dont l’épine dorsale était constituée de cadres des services de sécurité et de divers amis personnels, et subordonné les oligarques à cette structure. Ces derniers supervisent depuis lors la distribution de la rente provenant principalement de l’extraction des combustibles fossiles. La classe capitaliste ukrainienne, en revanche, est restée divisée en « clans » concurrents liés à des secteurs économiques et des régions géographiques spécifiques.7 La rivalité entre ces factions du capital ukrainien est à l’origine de l’instabilité politique.

Les nombreux mouvements de protestation politique, qui exprimaient souvent aussi des revendications sociales et d’aide sociale, ont toujours été cooptés par un projet politique de l’un des groupes – soit dès le début, soit progressivement. Les manifestations « L’Ukraine sans Koutchma » (2001–2002) et « Lève-toi, Ukraine ! » (2002–2003) étaient dirigées contre le président Leonid Koutchma, impliqué dans plusieurs scandales, dont le meurtre d’un journaliste. La « révolution orange » (2004–2005) était une réponse à la fraude électorale de Viktor Ianoukovitch, alors premier ministre et candidat à la présidence, ainsi qu’à la privatisation suspecte de la plus grande aciérie d’Ukraine à Kryvyi Rih (Oblast de Dnipropetrovsk), dans laquelle le beau-frère de Koutchma était impliqué avec l’ancien gangster de Donetsk, Rinat Akhmetov. Le mouvement « Lève-toi, Ukraine ! » (2013) s’est opposé au président Ianoukovitch et à ses tentatives de consolidation du pouvoir. Enfin, l’Euromaidan (2014) était une réaction à sa décision de ne pas signer l’accord d’association avec l’Union européenne. Les plus réussis de ces mouvements, la Révolution orange et l’Euromaïdan, ont peut-être conduit à un changement de leadership politique, mais ils n’ont pas ébranlé de manière significative la position des clans, et encore moins le système clanique en tant que tel. En fin de compte, ils sont devenus un moyen d’amener au pouvoir une autre faction de la classe d’affaires nationale.

La concurrence lumpen-capitaliste, dans laquelle l’une ou l’autre faction a pris le contrôle de l’État (et donc un accès préférentiel aux prêts, subventions et contrats), explique, du moins en partie, pourquoi l’État n’a pas réussi à imposer un plan de développement viable à long terme au pays. D’un autre côté, cet environnement instable a également laissé une certaine place au développement d’une société civile résistante, notamment des syndicats indépendants, des organisations militantes et la gauche radicale.8

La Russie a maintenu une influence sur l’Ukraine par le biais des sections de la classe capitaliste locale qui étaient matériellement intéressées par le maintien de relations étroites – par exemple, dans l’intérêt de leurs propres ventes, de prix favorables pour les intrants (en particulier, mais pas exclusivement, les intrants énergétiques), ou de frais de transfert de gaz. La base de capital de cette faction était principalement concentrée dans le Donbas, l’ancien cœur industriel de l’Union soviétique, qui abrite une importante population russophone et le lieu de naissance du « mouvement » stakhanoviste. Dans les années 1990, il a été le théâtre des conflits les plus sanglants au sein de la classe capitaliste, un centre du crime organisé – mais aussi l’épicentre de la tragédie de la « vieille » classe ouvrière, en particulier des mineurs. Leurs grèves massives à la fin des années 1980 et au début des années 1990 ont contribué à détruire le régime soviétique et à obtenir l’indépendance de l’Ukraine.9 Mais après une vague de privatisations, de dépeçage des actifs et de faillites, beaucoup se sont retrouvés sans emploi ni perspectives. Entre 1992 et 2013, la population des oblasts de Donetsk et de Louhansk a diminué de 1,7 million d’habitants, à un rythme deux fois plus rapide que dans le reste du pays.10

Une courte période de développement

Dans la foulée du boom mondial de l’après-2000, le PIB réel de l’Ukraine a également commencé à croître. Cette période de développement rapide (en 2004, l’économie a connu une croissance de plus de 12 %) a duré jusqu’au début de la crise en 2008. La croissance des exportations a joué un rôle particulièrement important. La demande internationale de produits métalliques et chimiques a augmenté, de même que les prix. Les entreprises ukrainiennes ont bénéficié de conditions favorables pour l’achat de gaz et de pétrole russes. L’écart croissant entre les prix mondiaux des matières premières et les prix des intrants a été la source de superprofits que s’est appropriés l’oligarchie locale.

Une main-d’œuvre bon marché et des avantages fiscaux (notamment dans les zones économiques spéciales) ont également attiré les investissements étrangers. Dès 2003, une usine Leoni a été créée à Stryi (Oblast de Lviv), qui emploie aujourd’hui environ 7 000 personnes et produit des faisceaux de câbles pour Volkswagen et Stellantis.11 Dans l’ouest de l’Ukraine, tout un groupe de fournisseurs similaires s’est progressivement formé, se concentrant sur le câblage automobile. En 2005, les tribunaux ont annulé la privatisation douteuse de l’aciérie Kryvorizhstal. Lors d’un nouvel appel d’offres (retransmis en direct à la télévision afin de dissiper tout doute), ArcelorMittal a acquis l’usine pour un peu moins de cinq milliards de dollars. Il s’agit de la plus grande transaction de ce type. Le nouveau propriétaire a réduit le nombre d’employés de plus de la moitié, mais a maintenu l’échelle de production et a investi presque autant dans l’augmentation de la productivité que dans le rachat de l’entreprise.

Cette période n’a toutefois pas permis à l’Ukraine de rattraper les autres anciens pays du bloc de l’Est, dont la position a été renforcée par leur adhésion à l’UE en 2004.12 L’ancienne base industrielle de l’Ukraine orientale était principalement orientée vers l’exploitation minière et la métallurgie. Elle était fortement intégrée verticalement et dépendait de fournisseurs et de clients situés dans d’autres régions de l’Union soviétique. Après l’effondrement de l’Union, ces chaînes se sont étiolées. Une décennie de stagnation dans les années 1990 a transformé une grande partie du capital fixe de l’Ukraine (bâtiments, machines, infrastructures) en un fardeau qui a perdu sa capacité concurrentielle. Le manque d’investissements, nationaux ou étrangers, pour accroître la productivité ou permettre la reconversion de la production n’a fait qu’exacerber le problème. En conséquence, l’Ukraine s’est intégrée au marché mondial principalement en tant que source de matières premières ou semi-finies destinées à une transformation ultérieure : en 2008, le fer et l’acier (35 %), les combustibles minéraux et les huiles minérales (6 %) et les céréales (6 %) représentaient la plus grande part des exportations de marchandises.

Le boom d’après 2000 a été alimenté par des prêts domestiques et étrangers. La crise financière qui a éclaté en 2008 a rendu l’accès au financement difficile pour les entreprises et les banques ukrainiennes et a menacé leur solvabilité. Lorsqu’elle s’est étendue à l’industrie mondiale à la fin de 2008, elle a anéanti la demande étrangère de matières premières ukrainiennes. Les réductions de production et les licenciements ont, à leur tour, sapé les sources de la demande intérieure. Pour couronner le tout, en 2009, la Russie a cessé d’approvisionner l’Ukraine en gaz à des prix préférentiels.13

Avec la crise, la brève période de croissance a pris fin brutalement. L’économie ukrainienne s’est contractée de quinze pour cent et a été plongée dans une stagnation à long terme. En 2019 encore (c’est-à-dire avant la pandémie), le PIB réel ne représentait que 85 % du pic atteint en 2008, avant la crise.14 L’industrie automobile, qui avait connu une croissance prometteuse, a été l’une des victimes de la crise. Alors qu’en 2000, seuls 30 000 véhicules étaient produits en Ukraine, à la veille de la crise, ils étaient déjà plus de 400 000. Cependant, plus de dix ans après la crise, les usines automobiles ukrainiennes sont encore largement à l’arrêt. En 2019, elles n’ont produit que 7 000 véhicules.15

La crise a renforcé la dépendance de l’Ukraine à l’égard des institutions financières internationales, dont elle commençait à peine à sortir. En 2008, le pays a eu besoin d’un prêt d’urgence de la Banque mondiale (800 millions de dollars) uniquement pour couvrir le déficit du budget de l’État. Grâce à un accord de confirmation avec le FMI, il a reçu un autre prêt de plus de 16 milliards, principalement pour faire face à d’autres obligations. Le programme a dû être interrompu lorsqu’en 2009 – et contrairement aux recommandations du Fonds – le président « pro-occidental » Iouschtchenko a signé une augmentation du salaire minimum et des pensions, dont l’inflation avait pris une part importante pendant la crise. Bien que le nouveau président (« pro-russe ») Ianoukovitch ait repris les négociations et tenté de régler les choses, le même problème est réapparu en 2011 lorsque le pays, toujours sous sa direction, a refusé de supprimer les subventions pour le prix du gaz domestique.

L’intégration européenne : espoirs et réalités

La classe capitaliste ukrainienne avait accumulé des richesses considérables mais n’avait ni l’intérêt ni la capacité de mettre en œuvre un programme de modernisation et de développement capitaliste. Son mode d’accumulation était basé sur le pillage des ressources qu’elle avait héritées de l’ancien régime et dont elle disposait grâce au contrôle politique de l’État, y compris de ses structures régionales. Bien qu’il ait été divisé en factions, dont certaines promouvaient une orientation vers la Russie et l’espace post-soviétique, tandis que d’autres prônaient l’intégration dans les structures européennes, dans l’ensemble, il est resté dans une position servile vis-à-vis des créanciers étrangers. En effet, la survie de l’ensemble du modèle « d’accumulation politique » dépendait de leur bonne volonté. Les conséquences de la discipline financière ont toujours été supportées par la classe ouvrière ukrainienne, principalement sous la forme de la pauvreté et de la réduction des dépenses publiques. Mais dans le même temps, les recommandations des créanciers ont été appliquées de manière sélective afin de ne pas mettre en péril les intérêts de la classe capitaliste nationale ou de sa faction dirigeante. Il se trouve qu’après trente ans de transformation, l’Ukraine compte plus de 3 000 entreprises d’État, dont 1 300 sont encore en activité.16 Le même instinct de conservation de la bourgeoisie ukrainienne s’est manifesté lorsque les prescriptions du FMI pouvaient menacer la paix sociale – comme avec l’augmentation du salaire minimum ci-dessus.

Les travailleurs ukrainiens ont été extrêmement mobiles depuis 1991. Par dizaines de milliers, ils sont partis travailler en Russie, en Pologne ou en République tchèque, mais aussi plus à l’ouest. Outre l’argent (les envois de fonds représentaient déjà environ 5 % du PIB avant la crise), les travailleurs ukrainiens ont pu acquérir de l’expérience dans des conditions différentes. Ils ont ainsi pu comparer ce qu’était le travail et la vie dans différents pays. Les revenus nettement plus élevés dans les pays de l’UE étaient particulièrement attrayants pour les personnes originaires de l’ouest agraire de l’Ukraine. Peut-être influencée par cette expérience, une partie de la population a préféré l’intégration européenne à l’établissement de relations plus étroites avec les pays post-soviétiques. Dans un sondage de septembre 2012, le rapport entre ces positions était de 32 % à 42 %. Un an plus tard, alors que la signature de l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne était imminente, il était passé à 42 % contre 37 %.

Que pouvaient attendre les travailleurs ukrainiens du processus d’intégration ? L’accord d’association comprenait un « accord de libre-échange complet et approfondi » (DCFTA), qui était censé faciliter l’accès des entreprises ukrainiennes au marché européen (et vice versa), ce qui aurait favorisé les exportations et attiré les investissements. Il aurait également permis aux citoyens ukrainiens de voyager plus facilement dans les pays de l’UE, même si – pour l’instant – ils auraient encore besoin de permis temporaires pour accéder aux emplois. La signature de l’accord marquerait également le début d’une période de rapprochement des lois ukrainiennes et des différentes normes (notamment industrielles) avec celles de l’UE, en vue de renforcer l’État de droit et de rendre l’environnement commercial ukrainien plus compatible avec l’environnement européen.

La signature de l’accord signifierait une perte progressive de la possibilité de protéger le marché intérieur de la concurrence européenne par des tarifs douaniers. Si l’UE n’a pas subordonné l’accord à la condition que l’Ukraine suive toutes les recommandations du FMI (par exemple, la suppression des subventions au gaz, une politique monétaire plus souple, un budget équilibré, des réductions des dépenses publiques), elle les a considérées comme essentielles pour réformer et moderniser le pays. Dans l’ensemble, l’accord n’était pas une œuvre de charité. Il imposerait des coûts à l’Ukraine, qui seraient à leur tour supportés principalement par les travailleurs ou les retraités.

La gauche occidentale dépeint parfois la situation de l’Ukraine en 2013 en termes très simples : elle aurait eu le choix entre deux options aussi mauvaises l’une que l’autre, le « projet néolibéral » de l’UE et le maintien de la domination de la Russie. Du point de vue des travailleurs ukrainiens, cependant, la situation aurait pu être différente. Ils avaient l’expérience de plus de vingt ans de transformation, sans grand résultat. Oui, la thérapie de choc polonaise du début des années 1990 a été brutale, mais les changements que le Donbas, par exemple, a connus au cours de la même période ont été au moins aussi brutaux. Et alors que la Pologne a connu par la suite des améliorations incontestables en termes de revenus ou d’espérance de vie, l’Ukraine a stagné ou décliné. Il est également vrai que les travailleurs italiens ou espagnols, par exemple, ont connu un gel ou une baisse des salaires réels après 2008, et que les mesures d’austérité post-crise, imposées par le FMI et l’UE, ont décimé leurs services publics. Mais vus d’Ukraine – en particulier des régions les moins développées – leurs niveaux de vie sont restés très attractifs. Même, peut-être, à un prix qui devrait être payé sous la forme d’une restructuration compliquée de l’économie ukrainienne.

D’autre part, l’accord d’association n’était pas un accord d’adhésion à l’UE et ne créait aucun droit en ce sens.17 Le Chili a signé un accord similaire en 1995, mais personne ne s’attend à ce qu’il devienne un État membre. Dans le cas de l’Ukraine, un rapprochement était censé se produire, mais sans qu’il soit possible de savoir si et quand elle suivra effectivement la voie polonaise. En outre, la Pologne et d’autres anciens pays du bloc de l’Est ont rejoint l’UE dans une situation fondamentalement différente : à partir d’une ligne de départ différente et avec une UE différente. Premièrement, ils avaient déjà achevé le processus de transition, que l’Ukraine n’a jamais vraiment terminé, et leurs économies étaient bien au-dessus des niveaux de productivité de 1989. Deuxièmement, l’UE vivait encore dans l’illusion que les différences structurelles entre les États membres n’avaient pas d’importance. Avant la crise de la dette et dans le contexte du boom économique qui n’a pris fin qu’en 2008, il semblait que ces déséquilibres ne représentaient aucune menace pour la cohésion de l’ensemble du projet. L’adhésion éventuelle de l’Ukraine, même si elle était à l’ordre du jour en 2013, aurait été abordée avec plus de prudence que celle des candidats qui avaient adhéré plus tôt – par exemple, en 2007 (Bulgarie, Roumanie).

Mais les pays occidentaux avaient leurs raisons de signer l’accord, de maintenir en vie au moins une vague promesse d’adhésion future et d’attirer l’Ukraine dans la sphère européenne élargie. Ils auraient obtenu un accès plus facile à un réservoir de main-d’œuvre qualifiée et à un marché intérieur important, des prix des intrants plus favorables pour l’industrie européenne et des conditions plus faciles pour investir en Ukraine. Ils savaient également que cette démarche irriterait la Russie car elle affaiblirait sa position dans la région. Un tel résultat était également politiquement commode pour les États-Unis.

Tant que l’Ukraine restait dans l’ancienne sphère d’influence, l’irrédentisme pur et simple était une question de politique marginale russe. Cependant, l’accord d’association – et la perspective, bien que faible, d’une future adhésion à l’UE – ont fait peser une menace réelle sur le satellite « petit russe », qui a quitté son orbite. À la veille de la signature de l’accord d’association, le conseiller du président russe pour l’intégration économique régionale, Sergei Glazyev, a déclaré que la Russie ne pourrait pas garantir le « statut d’État » de l’Ukraine si l’accord était signé, et qu’elle pourrait intervenir en faveur des « régions pro-russes ». Peu avant, la Russie avait déjà entamé une guerre commerciale qui causait d’importants dommages à l’économie ukrainienne. À l’automne 2013, le président Ianoukovitch s’est retiré de l’accord à la dernière minute. Au lieu de cela, il a accepté l’offre de la Russie qui comprenait l’achat progressif de quinze milliards de dollars d’obligations ukrainiennes et une réduction d’un tiers du prix du gaz.

Cette alternative a permis de couvrir les dettes les plus urgentes et d’améliorer l’état de l’industrie ukrainienne. Elle ne comportait aucune condition, contrairement au programme du FMI (mesures d’austérité) et à l’accord d’association lui-même (ouverture progressive de l’économie ukrainienne, rapprochement des législations, etc.) Il était question que l’Ukraine rejoigne l’Union douanière avec la Russie et d’autres États post-soviétiques, qui deviendrait bientôt l’Union économique eurasienne (UEE). Cette dernière est censée constituer une sorte d’alternative à l’UE, avec la libre circulation des personnes, des capitaux et des biens entre les États membres. Toutefois, ses résultats jusqu’à présent ont été pour le moins modestes, si ce n’est que la Russie a bénéficié de l’afflux de main-d’œuvre bon marché en provenance des anciennes républiques soviétiques. Dans l’ensemble, l’offre de la Russie à l’Ukraine signifiait le maintien du statu quo : éviter la faillite de l’Etat, rétablir des prix du gaz favorables et maintenir les positions de la faction capitaliste qui avait le plus bénéficié des contacts avec la Russie (et dont Ianoukovitch était le représentant). Il ne comportait aucun véritable programme de développement capitaliste.

Pour certains, c’était inacceptable. La décision du président, qui est intervenue après des assurances répétées que M. Ianoukovitch acceptait l’orientation pro-européenne de l’Ukraine, a déclenché une escalade des protestations sur la place de l’Indépendance de Kiev. La modification du système électoral, l’intensification de la répression et la consolidation générale du pouvoir par le Parti des régions de M. Ianoukovitch ont également contribué à ces protestations. Elles ont rapidement dégénéré en troubles de masse et ont finalement conduit à la chute de son régime. L’Ukraine est devenue incontrôlable. La prédiction de Glazyev allait bientôt se confirmer.

La question nationale

Au lendemain de l’Euromaïdan et de la guerre dans le Donbas, les tensions nationales en Ukraine ont occupé le devant de la scène. Cependant, elles ont une histoire plus longue.18 Dès 1992, le parlement local de Crimée a déclaré l’indépendance et, dans les négociations que cela a provoquées, a obtenu une plus grande autonomie et un statut économique spécial pour toute la région. Au cours des années suivantes, des manifestations et des protestations ont eu lieu, attirant quelques milliers de personnes, et exigeant de nouvelles concessions, l’indépendance ou l’annexion à la Fédération de Russie. Il y a également eu des propositions visant à déclarer le russe comme langue officielle de la péninsule. En ce qui concerne le Donbas, déjà les mineurs en grève en 1989 étaient plutôt sceptiques quant au nationalisme de leurs collègues de l’Oblast de Lviv ; ils ont plutôt mis l’accent sur des revendications économiques.19 En 1994, un « référendum » non contraignant a été organisé dans les oblasts de Donetsk et de Louhansk sur la fédéralisation de l’Ukraine, le statut de la langue russe ou l’intégration à la Communauté des États indépendants. Dix ans plus tard, le conseil municipal de Louhansk a voté l’organisation d’un référendum sur la création d’une « République ukrainienne autonome du Sud-Est ». Il y a également eu une manifestation de 70 000 personnes à Donetsk qui a rejeté la révolution orange comme un coup d’État. Si cette dernière avait abouti, elle appelait à la création d’une république indépendante à l’intérieur de l’Ukraine, comme la Crimée. Cependant, ces efforts n’ont pas trouvé un écho plus large et ne se sont jamais transformés en mouvements de masse.

Comme de nombreuses autres entités qui ont émergé des ruines du bloc de l’Est, l’Ukraine était à la recherche d’une identité nationale qui pourrait servir de base au processus de construction d’un nouvel État-nation. Et, comme dans d’autres pays, les sources d’une telle identité se trouvaient dans les mouvements historiques anticommunistes, conservateurs ou d’extrême droite. En Slovaquie, après novembre 1989, les héritiers des Ľudáks, renforcés par le retour des émigrés, se sont lancés dans la réhabilitation du fascisme clérical slovaque et de ses prédécesseurs idéologiques. La droite croate a commencé à travailler au blanchiment de la mémoire de l’ Ustaše*. À leur tour, les nationalistes ukrainiens se sont tournés vers les mouvements antisoviétiques locaux et leurs forces armées, dont les membres avaient pendant un temps collaboré avec l’Allemagne nazie et participé à l’Holocauste en tant que volontaires.20 Les premiers mémoriaux et les premières rues portant le nom de membres de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) ont commencé à apparaître dès les années 1990, de même que la littérature « historique » révisionniste qui relativisait le rôle de l’OUN et de l’UPA dans les pogroms de Lviv en 1941 ou le nettoyage ethnique de la Volhynie en 1943. En marge de l’échiquier politique, des organisations sont apparues qui avaient une continuité personnelle avec l’OUN et l’UPA.21

La lutte concurrentielle des factions capitalistes que nous avons déjà décrite se déroulait également sur le terrain de la question nationale. Les projets politiques du clan du Donbas liés à la Russie – en termes de matières premières ou autres – promouvaient généralement des liens économiques étroits avec le voisin oriental. Ils étaient sceptiques quant à l’adhésion à l’OTAN et soulignaient l’importance des droits des minorités russes (ou russophones). En revanche, leurs homologues soutenus par des clans basés en dehors du Donbas et de la Crimée, préféraient l’intégration dans les « structures euro-atlantiques » et mettaient l’accent sur l’identité nationale ukrainienne. Après l’élection de Iouchtchenko à la présidence (2005), les mémoriaux ou les rues commémorant les mouvements nationalistes de l’entre-deux-guerres ont commencé à proliférer. C’est sous son mandat que Roman Shukhevych (2007) et Stepan Bandera (2010) ont été déclarés héros nationaux de l’Ukraine.

Les partis politiques alignés sur les clans utilisent la question nationale pour mobiliser le soutien des régions sur lesquelles ils s’appuient. Ce faisant, ils ont également conclu des alliances avec les partis les plus radicaux, qui ont toutefois toujours joué les seconds rôles. Le « Notre Ukraine – Bloc d’autodéfense du peuple » de Iouschtchenko, lors des élections parlementaires de 2002, comprenait le Congrès des nationalistes ukrainiens. Lors des élections locales en Crimée (2006), la coalition « Pour Ianoukovitch ! » était composée du Parti des régions, dominant, et du Bloc russe – un parti qui souhaitait un État unique pour tous les Slaves de l’Est.22 Toutefois, ni le séparatisme ouvert ni les variantes extrêmes du nationalisme ukrainien faisaient partie du courant politique dominant, comme en témoignent les mauvais résultats de ces partis radicaux lorsqu’ils se sont présentés indépendamment. Lors de son entrée en fonction, M. Iouchtchenko a mis l’accent sur l’unité de l’Ukraine, indépendamment des différences de langue, de religion ou d’opinion politique, ainsi que sur le respect et l’amitié envers ses voisins de l’Ouest et de l’Est. Son successeur du camp opposé a également parlé de la nécessité d’ « unir l’Ukraine » et d’en faire un partenaire fiable pour l’UE, tout en maintenant une neutralité globale et de bonnes relations avec la Russie. Aucun des deux groupes n’a recouru aux extrêmes dans la pratique politique, car le soutien dans les régions était important dans la lutte pour obtenir le contrôle de l’appareil d’État au profit de l’un ou l’autre clan. Les élections présidentielles de 2004 ont fini avec un rapport de voix de 52 à 44 ; lors de l’élection suivante, la marge était inférieure à quatre points de pourcentage.23

Tous les efforts visant à satisfaire la minorité russe et à raviver la nostalgie de l’époque soviétique, où la langue et la culture russes étaient dominantes, ou, au contraire, à souligner l’identité nationale ukrainienne et à faire des concessions à la réhabilitation du « nationalisme intégral » de Bandera, seraient inutiles s’ils ne reposaient pas sur une base objective. Il s’agissait du développement inégal des régions ukrainiennes et de leur composition nationale et linguistique différente, ainsi que de l’expérience historique de la colonie de l’Empire russe et de la russification en URSS. L’Est industriel du pays – y compris le Donbas – a historiquement été le moteur de la modernisation. En raison de diverses circonstances, des politiques de l’État et du développement économique spontané, une partie importante de la population locale était composée de personnes de nationalité russe.24 Le niveau de vie et les salaires des travailleurs y ont traditionnellement été plus élevés que dans l’Ouest agraire, où les Ukrainiens de souche étaient majoritaires.25 La transformation de l’économie ukrainienne a été un terrain propice aux tensions fondées sur la négligence perçue ou réelle de certains secteurs et régions. L’indépendance politique acquise par l’Ukraine a été associée pour beaucoup à la fin de la russification et au détachement du « monde russe ». Les clans régionaux ont utilisé ces sentiments pour mobiliser le public.

Lorsqu’on réfléchit à la question nationale, il est facile de glisser vers une conception de certaines catégories comme étant immuables et discrètes. Cependant, la nationalité, la langue, l’origine géographique, la classe sociale ou les préférences politiques se chevauchent de diverses manières en Ukraine. Le fait d’être russophone, d’être de nationalité russe ou d’être né à l’est du Dniepr ne garantit pas l’adoption d’attitudes qualifiées de « pro-russes » dans les médias ukrainiens, qui peuvent elles-mêmes aller de réserves sur les développements de l’après-2013 à la sympathie pour la décentralisation de l’Ukraine, en passant par le séparatisme ou le désir de rejoindre la Fédération de Russie. De même, la nationalité ukrainienne ou le fait d’être originaire de Galicie (une région occidentale) n’impliquent pas automatiquement une « orientation nationaliste », que ce soit sous la forme d’une vague croyance en l’existence d’un intérêt national ukrainien spécifique ou d’attitudes ouvertement d’ultra-droite. Toutefois, des tendances statistiques peuvent être déduites des enquêtes. Dans l’ouest du pays, l’identité ukrainienne est plus profondément enracinée et traverse les classes et les groupes éducatifs. Ailleurs, parallèlement au soutien à la politique nationaliste, elle est davantage l’apanage des sections les plus instruites et les plus riches de la population. Ici, il est paradoxalement associé à des attitudes pro-européennes et pro-occidentales. De caractère plus élitiste, ce nationalisme n’est pas l’affaire des « classes populaires ». La guerre de l’après-2014, dans laquelle (entre autres) des soldats russophones se tenaient des deux côtés, ainsi que l’escalade actuelle, auraient encore déstabilisé toute corrélation directe entre nationalité ou langue et attitudes politiques.26

Il est dans l’intérêt de la classe ouvrière que la question nationale soit réglée de manière pacifique et aussi démocratique que possible – de sorte que les minorités nationales ou linguistiques jouissent des plus grandes libertés possibles et que le potentiel de conflit soit atténué autant que possible. À cet égard, les politiques linguistiques du gouvernement ukrainien méritent d’être critiquées.27 Toutefois, la question nationale en Ukraine n’avait pas en soi un potentiel explosif. Elle n’a jamais donné lieu à de véritables mouvements de masse, et elle n’aurait guère conduit à la guerre sans intervention extérieure.

De l’Euromaidan…

Au lendemain de la crise économique mondiale, on a assisté à un « glissement vers la droite » à l’échelle planétaire : la montée des forces d’extrême droite, nationalistes et conservatrices, et le glissement de l’ensemble du spectre politique vers le traditionalisme, l’autoritarisme et l’obscurantisme. Dans certains endroits, cela s’est traduit par un renforcement des organisations existantes, dans d’autres par le regroupement ou la transformation de groupes anciennement fascistes en une forme plus « attrayante ». Naturellement, la Russie et l’Ukraine ne sont pas restées à l’écart de cette tendance, mais ici, comme partout, celle-ci a pris des formes spécifiques. En Russie, les tentatives initialement assez réussies des fascistes et des nationalistes de s’organiser de manière indépendante se sont heurtées à une sévère répression en 2012. Dans le même temps, cependant, le régime de Poutine a intégré plusieurs éléments de leur rhétorique. Dès 2009, le parti Russie Unie a déclaré que le « conservatisme russe » était son idéologie officielle ; un peu plus tard, V. V. Poutine lui-même a avoué avoir des convictions conservatrices. Après la répression de 2012, qui visait à la fois l’opposition politique et la société civile, la répression étatique des gays et des lesbiennes s’est intensifiée, les sentiments xénophobes au sein de la population ont atteint un sommet, et la position de l’orthodoxie dans la société a été renforcée.28 L’annexion de la Crimée et le début de la guerre dans le Donbas en 2014 ont, à leur tour, été un signal clair que la Russie entendait revenir sur la scène internationale en tant qu’acteur impérial, comme l’ont confirmé ses interventions en Syrie et au Mali.

Les suites de la crise ont apporté le succès à l’Association panukrainienne d’extrême droite « Svoboda », issue du Parti social-national (1995), ouvertement fasciste. Après avoir quelque peu atténué sa rhétorique, elle a réussi à gagner du terrain lors des élections locales de 2009, en particulier dans les régions occidentales. Ce soutien n’a cessé de croître et, lors des élections législatives de 2012, Svoboda a obtenu plus de 10 % des voix. Pendant un certain temps, il a également eu une aile paramilitaire, appelée Patriot of Ukraine, qui s’en est séparée en 2007. Comme dans d’autres pays d’Europe centrale et orientale, l’extrême droite en Ukraine depuis les années 1990 est principalement une force de la rue, qui s’attaque à la « jeunesse alternative », aux personnes de couleur ou aux militants de gauche. Dans certains endroits, elle a fusionné avec le crime organisé ou l’appareil de sécurité. Et, comme dans d’autres pays, la période post-crise a apporté une percée sous la forme d’un succès parlementaire. Toutefois, le moment décisif pour la suite des événements a été l’Euromaïdan et les événements qui l’ont suivi.

L’impulsion immédiate des manifestations sur la place de l’Indépendance était l’hésitation de Ianoukovitch à signer l’accord d’association. Les manifestations ont commencé le 21 novembre 2013 et ont d’abord attiré quelques milliers d’étudiants, de militants d’ONG et d’électeurs de l’opposition demandant la démission du gouvernement. Le nombre de participants a progressivement augmenté, et la manifestation s’est transformée en une occupation permanente de la place, de manière similaire à la Révolution orange. Des actions parallèles ont progressivement vu le jour dans d’autres villes. La nouvelle que les représentants de l’Ukraine au sommet de Vilnius n’avaient pas signé l’accord d’association, et surtout les premières tentatives de la police de disperser la foule, ont déclenché des émeutes et attiré des centaines de milliers de personnes.

L’occupation du centre de Kiev s’est poursuivie, s’étendant aux bâtiments de l’État et de la ville situés à proximité, et résistant aux attaques de la police. Ces dernières ont montré que les tactiques non-violentes ne sont pas durables et ne conduiront pas à la satisfaction des revendications. Vers la mi-janvier 2014, des groupes de manifestants armés ont commencé à s’organiser pour protéger les autres de la violence policière. La force la mieux préparée était celle des organisations d’extrême droite – Svoboda et, en particulier, le Secteur droit, qui est apparu sur le Maïdan comme une coalition de plusieurs groupes d’extrême droite (dont Patriot of Ukraine). À cette époque, ils constituaient déjà une force collective efficace, bruyante et reconnaissable dans la manifestation, bien qu’ils ne représentaient qu’une petite partie du nombre total de manifestants. Une autre source de manifestants qui n’avaient pas eu peur d’affronter la police et les voyous payés est constituée par les hooligans, dont la base recoupe en partie la scène d’extrême droite. Ces groupes ont réussi à monopoliser essentiellement les tactiques violentes. Leur courage – qui leur a coûté des dizaines de morts et des centaines de blessés – leur a valu non seulement de nouveaux partisans, mais aussi le respect des manifestants pacifiques.

Plus les actions de protestation étaient massives, plus la part des participants initiaux issus des rangs des étudiants et des militants se réduisait. Selon les enquêtes, le participant moyen à l’Euromaïdan était un homme d’âge moyen, employé, éduqué et issu de la « classe moyenne », qui s’intéressait davantage aux problèmes de politique intérieure (régime oligarchique, corruption, répression, incapacité du gouvernement à répondre aux besoins de la population) qu’à l’adhésion à l’UE. Bien que des revendications sociales et économiques plus larges soient également apparues sur le Maïdan, elles ont joué un rôle bien moindre que les principaux slogans de l’opposition, à savoir des élections anticipées et un changement de la constitution. Les tentatives d’intervention des groupes de gauche et féministes n’ont pas abouti.29 Elles se sont heurtées à l’hégémonie des partis d’opposition (Batkivshchyna de Timochenko, UDAR de Klitschko), qui ont fixé les priorités dès le début, mais aussi à la violence de l’extrême droite, que la gauche n’était pas prête à rendre. Le mouvement de masse Euromaidan, caractérisé par un haut degré d’auto-organisation et d’auto-assistance, est resté prisonnier du scénario « manifestations de rue – acceptation des revendications – changement de gouvernement ». Par conséquent, il n’a pas cherché d’autres moyens d’escalade que ceux qui lui ont été imposés par la police, à savoir la violence. L’Euromaïdan ne s’est pas accompagné de grèves, à l’exception de celles purement symboliques. Toutefois, l’escalade a suffi à effrayer le gouvernement à tel point que, fin février, il a pris la fuite.

Le résultat immédiat des protestations a été un nouveau gouvernement. Pendant une brève période entre février et novembre 2014, une coalition de Batkivshchyna, UDAR et Svoboda a gouverné, ces derniers obtenant les postes de vice-premier ministre, ministre de l’agriculture, ministre de l’environnement et, pendant moins d’un mois, ministre de la défense. Cependant, les vainqueurs des élections anticipées d’octobre 2014 ont été le Front populaire et le Bloc de Petro Porochenko, avec 40 % des voix réparties entre eux. Le Bloc de l’opposition, qui a succédé au Parti des régions de Ianoukovitch, a gagné plus de 9 %, vraisemblablement aussi en raison de la très faible participation dans le Sud-Est. Svoboda a obtenu un peu moins de 5 % des voix (six sièges sur un parlement qui en compte 450) et le Secteur droit, transformé en parti politique, moins de 2 % (un seul siège). Ainsi, l’extrême droite n’a pas été en mesure de réitérer le résultat de 2012. Si l’on mesurait son succès uniquement en termes d’influence politique formelle, il semblerait que ses militants de l’Euromaïdan aient servi de bélier aux partis politiques oligarchiques « traditionnels », pour rapidement perdre la faveur du public.

Après l’Euromaidan, les positions de certains oligarques ont été affaiblies (Akhmetov), d’autres sont restées intactes (Viktor Pinchuk, le gendre de l’ancien président Koutchma mentionné ci-dessus).30 Dans le même temps, de nouveaux visages se sont imposés, comme le « roi du chocolat » Petro Porochenko ou Ihor Kolomoiskyi, partisan plus tardif de Volodymyr Zelensky. Ainsi, si l’objectif du mouvement était de se débarrasser des oligarques, on peut difficilement parler de succès. Étant donné qu’il a toujours été dominé par les forces politiques établies, qui, dès le début, ont considéré que l’objectif des manifestations était un changement de direction, une issue différente était peu probable.

Toutefois, il est inexact de décrire l’Euromaïdan comme un coup d’État. Il s’agit plutôt d’un autre exemple du type de mouvements qui sont devenus typiques après la dernière crise. Ils ont une large base qui représente un échantillon représentatif de la quasi-totalité de la société. En termes de composition sociale, ces mouvements ne peuvent pas être décrits comme prolétariens, mais ils ne peuvent pas non plus être qualifiés de purement bourgeois, petits-bourgeois ou étudiants. Ils sont, au sens propre du terme, « civiques » et leurs participants se considèrent comme des « citoyens ». Les mobilisations de ce type comblent parfois le vide social créé par l’absence d’un mouvement ouvrier indépendant – que ce soit en raison de la répression, des défaites passées ou de l’incapacité des luttes à franchir les frontières entre les lieux de travail ou les secteurs et à se développer en un mouvement plus large. Cependant, l’engagement dans ce type de manifestation est authentique et n’est pas seulement le résultat d’une manipulation ou d’une sorte de « jeux de pouvoir », comme l’imaginent les théoriciens du complot de gauche. Dans des situations de démoralisation et de sentiment général que « rien ne peut être changé », ces mouvements offrent au moins un certain espoir que quelque chose peut être fait – et ils offrent la possibilité de faire quelque chose de concret et de rejoindre une culture de solidarité et de résistance collective. D’un autre côté, c’est précisément leur hétérogénéité et leur « civisme », qui se manifeste par des slogans abstraits (pour la « dignité », le « changement », la « décence », contre la « corruption », etc.), qui les rend vulnérables à la cooptation par les forces politiques bourgeoises établies, ce qui conduit rapidement à la désillusion. Ces mouvements sont surtout présents dans les rues, avec peu ou pas de débordement sur les lieux de travail. Leur tactique est l’occupation et le blocage de l’espace urbain. Ces aspects relient l’Euromaïdan à un échantillon très diversifié qui comprend Occupy Wall Street, le « printemps arabe » ou le mouvement de Hong Kong en 2019–2020.

L’Euromaidan a marqué non seulement la croissance de l’extrême droite, mais aussi l’émergence de sa coalition particulière avec la droite libérale-nationaliste. Outre les partis politiques, cette dernière comprend également diverses initiatives civiques, des ONG et de larges couches de l’intelligentsia ukrainienne. La base de cette alliance est un certain projet d’État-nation et d’identité qui se distancie du passé soviétique, y compris de ses éléments les plus locaux. Elle considère la Russie simplement comme une source d’oppression, de sous-développement et de menace, tout en comprenant l’histoire ukrainienne comme une série de tentatives pour se libérer de l’influence de la Russie. Le mova, la langue ukrainienne, est considéré comme un élément central de l’identité nationale, ainsi qu’un moyen d’auto-préservation, qui doit être protégé. Un manque de loyauté envers les éléments de ce projet est considéré comme suspect. À l’inverse, une identification sans équivoque à cette langue offre un moyen de se purifier et de neutraliser ses autres « défauts », tels qu’une ethnie différente ou une identité homosexuelle.

Il est vrai que, dès le départ, il y a eu des divergences d’opinion sur les perspectives d’avenir de ce projet national. Alors que l’extrême droite est sceptique ou carrément opposée à l’intégration européenne, pour les nationalistes libéraux, c’est la seule voie possible. Toutefois, ni le rôle clé de l’extrême droite dans la chute de Ianoukovitch ni son allégeance au projet national ne peuvent être remis en question de manière crédible. Par conséquent, le nationalisme civique dominant a appris à tolérer son cousin extrême, à ignorer ses excès et à sous-estimer ses dangers.31

Bien entendu, ni le projet ni les revendications de l’Euromaïdan ne bénéficiaient d’un soutien universel. Dans un sondage réalisé en mars 2014, un tiers des personnes interrogées ont décrit les événements de la place de l’Indépendance et les développements politiques qui ont suivi comme étant soit un coup d’État, soit un conflit au sein de l’élite ukrainienne. Une telle évaluation était la plus courante dans l’est du pays. Environ 40 % de la population ukrainienne s’attendait à une amélioration partielle ou significative des changements, et presque la même proportion à une détérioration partielle ou significative. Déjà en novembre 2013, des manifestations connues sous le nom « d’Anti-Maidan » ont eu lieu. Au départ, il s’agissait de protestations organisées d’en haut pour soutenir le Parti des régions, qui faisait venir des participants – souvent des employés du secteur public – des régions. Le soi-disant Parti communiste d’Ukraine,32 , en coopération avec le Bloc russe, a organisé des événements de moindre envergure contre la signature de l’accord d’association (affirmant, entre autres, que cela signifierait la légalisation du mariage gay) et en faveur de l’adhésion à l’Union douanière avec la Russie.

Dans le Donbas, la rhétorique d’Anti-Maidan a résonné en rapport avec l’avenir de l’industrie locale, en particulier l’exploitation du charbon, qui pourrait être menacée par la concurrence européenne ou les normes environnementales. L’idée selon laquelle le Donbas alimente le reste du pays avec sa productivité depuis des décennies est tout aussi importante : il devrait donc avoir davantage son mot à dire, et certainement pas se laisser diriger par Kiev.33 Pour certains, le modèle russe de capitalisme, avec des revenus et des retraites relativement plus élevés financés par les rentes pétrolières et gazières, a pu sembler attrayant après vingt ans de tentatives infructueuses de développement de l’Ukraine. Mais ici, l’expérience d’un déclin relatif a probablement joué un rôle plus important que le niveau absolu des niveaux de vie. Alors qu’en 1995, les salaires moyens dans les oblasts de Donetsk et de Louhansk représentaient respectivement 133 % et 112 % de la moyenne nationale, en 2013, leur position s’était dégradée à 114 % et 102 % de la moyenne nationale.34 À la suite de l’effondrement du régime en février 2014, l’Anti-Maidan s’est radicalisé et est devenu plus conflictuel, en particulier dans l’Est et le Sud-Est. Des groupes d’autodéfense sont apparus, prétendument pour « maintenir l’ordre public », qui ont attaqué les manifestations organisées par le camp adverse.35 Une rhétorique de gauche, dirigée, par exemple, contre la continuité oligarchique du nouveau régime, est également apparue, mais les appels à la fédéralisation de l’Ukraine et, dans certains endroits, les revendications séparatistes, ont progressivement prévalu. L’anti-Maidan se transforme rapidement en « Printemps russe ».

…à la guerre

La péninsule de Crimée revêt une importance stratégique, car elle abrite le quartier général de la flotte de la mer Noire et un important port libre de glace. Selon les accords initiaux, le bail russe de la péninsule devait expirer en 2017. Toutefois, en 2010, M. Ianoukovitch a signé une prolongation du bail pour 25 ans supplémentaires, en échange de prix du gaz plus favorables. On sait que les forces du nouveau gouvernement n’ont pas accepté cette prolongation. Ainsi, après la fuite de M. Ianoukovitch, les événements en Crimée ont pris un tour rapide. Dès le 27 février, des troupes russes non identifiées sont apparues, ont occupé des bâtiments importants et ont empêché l’élection d’un nouveau Premier ministre de Crimée.36 Le parlement local a approuvé la tenue d’un référendum sur l’indépendance. Celui-ci a eu lieu quelques semaines plus tard, sous la supervision d’observateurs des partis d’extrême droite européens. Cependant, la Crimée n’a existé en tant qu’État indépendant que pendant quelques jours. Le 21 mars déjà, la République de Crimée et la ville fédérale de Sébastopol faisaient partie de la Fédération de Russie. Le référendum a été truqué, mais un sondage indépendant réalisé ultérieurement suggère que la majorité de la population restante de la Crimée a accepté l’annexion et l’a préférée à l’alternative, c’est-à-dire le statu quo ante. Ces résultats doivent également être considérés à la lumière de l’instabilité et de l’escalade militaire qui ont commencé au printemps 2014. En février 2014 encore, seuls 41 % des Criméens étaient favorables à l’adhésion à la Russie, contre un peu moins de 36 % lors d’un précédent sondage en 2013.

Dans l’est et le sud-est de l’Ukraine, les réseaux régionaux qui reliaient les structures étatiques aux intérêts commerciaux se sont rapidement désintégrés après la chute du gouvernement Ianoukovitch.37 Dans cette nouvelle situation, les élites locales ne pouvaient être sûres de leur position. Certaines sections sont passées du côté du nouveau gouvernement, avec lequel elles ont pu négocier des conditions de coopération acceptables. Par conséquent, elles ont contribué à pacifier les aspirations séparatistes dans leurs régions, ou du moins à les détourner vers un fédéralisme modéré. Par exemple, les tentatives d’attiser les conflits ethniques à Odessa et Kharkiv ont échoué.38 Dans les Oblasts de Donetsk et de Luhansk, cependant, les événements ont pris une tournure différente. Une partie des capitalistes et apparatchiks locaux ont parié sur le séparatisme.39 En mars 2014, des manifestations de plusieurs milliers de personnes ont eu lieu dans les deux régions, cherchant à occuper des bâtiments officiels. Au cours du mois suivant, le conflit s’est progressivement militarisé. À Louhansk, plus d’un millier de manifestants ont occupé le bâtiment des services secrets et ont pillé l’armurerie. Un groupe d’hommes armés, dirigé par un vétéran russe des guerres des Balkans et de Tchétchénie, est arrivé à Sloviansk depuis la Crimée et a joué un rôle clé dans les premières batailles avec les forces armées ukrainiennes. Une source importante de financement des activités de ces groupes était le banquier d’affaires russe Konstantin Malofeev.

Un État capitaliste qui fonctionne ne permettrait guère à une « milice » ou à une formation quasi-étatique proclamée par une poignée de personnes dans un bâtiment municipal occupé de contester son monopole sur la violence. Mais la position du nouveau gouvernement de Kiev était chancelante : l’insécurité qui s’est installée après la chute de Ianoukovitch s’est propagée à l’ensemble de l’appareil d’État, y compris l’armée et la police. « L’opération antiterroriste » contre les séparatistes, bien que lancée dès le mois d’avril, n’a pas donné de résultats significatifs au cours des premières semaines. Dans plusieurs cas, les soldats se sont tout simplement rendus. La crainte d’une intervention de l’armée russe, qui avait amassé quelque 40 000 hommes à la frontière, a également pu rendre l’État ukrainien prudent. L’ouverture ainsi créée était suffisamment grande pour que les autorités autoproclamées des deux régions puissent préparer les « référendums d’indépendance » truqués qui ont eu lieu le 11 mai 2014. Entre-temps, les forces armées de la « République populaire de Donetsk » (RPD) et de la « République populaire de Louhansk » (RPL) ont été renforcées par des troupes supplémentaires venues de l’autre côté de la frontière russe, composées d’anciens combattants ou de membres de divers groupes fascistes et nationalistes. Cela était nécessaire car – comme s’en est plaint le commandant russe Girkin/Strelkov lors d’une conférence de presse en mai 2014 – il n’y avait tout simplement pas assez de volontaires locaux.

Dans le même temps, des unités de volontaires paramilitaires ont commencé à se former du côté ukrainien. Certaines sont issues des unités d’autodéfense de l’Euromaïdan (bataillon Aydar), du parti d’ultra-droite Svoboda (bataillon Sich), du parti fasciste Patriot of Ukraine (bataillon Azov), du parti Secteur droit nouvellement fondé (Corps de volontaires ukrainiens « Secteur droit »), tandis que d’autres n’avaient aucun lien direct avec des organisations politiques, ou recrutaient parmi les hooligans ou les employés des services de sécurité privés appartenant aux oligarques. Un certain nombre d’unités de volontaires ont également vu le jour sous la forme de « bataillons de défense territoriale », un système de détachements composés de réservistes des forces armées.40 Peu après la chute de Ianoukovitch, la « Garde nationale », une force de police militarisée relevant du ministère de l’intérieur (MIA), a également été rétablie. Quelques mois plus tard, le bataillon de Donbas a été rattaché au même ministère, tout comme Azov, qui a été agrandi et transformé en régiment. D’autres unités de volontaires (par exemple, Sich) ont été intégrées de la même manière au MIA en tant qu’unités de police spéciales. Aydar a ensuite été transformé, en 2015, en bataillon régulier des forces terrestres de l’armée.41 Au départ, cependant, le financement de ces unités provenait principalement d’oligarques et de collectes publiques. Le fait que l’État ukrainien ait volontiers accepté l’aide de volontaires financés par des fonds privés pour mener la guerre est une autre illustration de sa faiblesse initiale.

Conflit gelé

En mai 2014, le conflit avec les « républiques » s’est transformé en une guerre conventionnelle avec chars, artillerie et aviation. Après quelques difficultés initiales, les forces ukrainiennes – y compris les formations de volontaires – ont remporté un certain nombre de succès au cours des mois d’été, malgré l’aide fournie à la RPD et à la RPL par des combattants russes ou tchétchènes. En août 2014, l’armée ukrainienne était sur le point de déchirer les deux républiques et de les encercler. À la fin du mois, cependant, la Fédération de Russie a envoyé des milliers de soldats et d’importantes quantités d’équipements dans le Donbas, soutenus par des tirs d’artillerie et de roquettes depuis le territoire russe. Lors de la bataille clé d’Ilovaisk, les troupes ukrainiennes ont subi une lourde défaite, qui a contribué à la signature du premier accord de Minsk (septembre 2014). Cependant, les deux parties ont violé le cessez-le-feu dès le début et les « républiques » ont remporté de nouvelles victoires. La détérioration de la situation a finalement conduit à la signature de la deuxième version de l’accord (février 2015). Depuis lors, l’intensité du conflit a diminué et la guerre s’est transformée en une guerre de tranchées. La dernière escalade majeure avant l’invasion de 2022 a eu lieu en 2017.

Huit années de guerre ont fait plus de 14 000 morts42 et déplacé des millions de personnes de leurs foyers. Certains ont fui vers la Russie, tandis que d’autres ont cherché refuge dans les parties sûres de l’Ukraine ou à l’Ouest. Les organisations de défense des droits de l’homme ont recensé de nombreux crimes de guerre – commis par les deux parties – dont des exécutions extrajudiciaires, des viols, des tortures, des enlèvements, des détentions illégales et l’utilisation de munitions interdites.43 La guerre a causé d’énormes dommages aux infrastructures et à l’environnement de la région. Une étude de 2020 a estimé le coût total de la reconstruction du Donbas (avant l’invasion actuelle, bien sûr) à plus de 21 milliards de dollars, soit environ 13 % du PIB de l’Ukraine à l’époque.

Les accords de Minsk ont réussi à geler le conflit, mais pas à y mettre fin. Selon la feuille de route initialement convenue par toutes les parties,44 , l’ensemble du territoire des oblasts de Donetsk et de Louhansk devait être réintégré à l’Ukraine, mais avec un plus grand degré d’autonomie. Des élections locales sous législation ukrainienne, supervisées par l’OSCE, devaient constituer une étape dans ce sens. L’État ukrainien a refusé qu’elles aient lieu avant le retrait des troupes et des équipements russes du Donbas. Or, les accords ne prévoyaient rien de tel – au contraire, le rétablissement du contrôle ukrainien sur les frontières de l’État ne devait commencer que le lendemain des élections. La Russie, pour sa part, a insisté pour que l’Ukraine négocie les détails directement avec les représentants des États autoproclamés, sur lesquels elle n’avait prétendument aucun contrôle. Elle a également refusé à plusieurs reprises de soutenir l’extension du mandat de l’OSCE, qui, en vertu des accords, était censée surveiller la situation sécuritaire à la frontière, et a commencé en 2019 à délivrer des passeports russes aux résidents du Donbass. Les représentants de la DPR et de la LPR ont déclaré à plusieurs reprises que les « républiques » rejoindraient bientôt la Fédération de Russie – bien que cela soit incompatible avec les accords. Des élections ont été organisées en 2015 et 2018 contre les protestations de l’OSCE (et de l’Ukraine) et en violation des accords.

Chacun des acteurs avait quelque chose à perdre si les accords étaient appliqués. Les dirigeants de la DPR et de la LPR ne pouvaient pas être sûrs de leur position après des élections libres. Par conséquent, ils ne voulaient pas prendre le risque qu’elles se déroulent sans la présence de l’armée russe. Pour la Russie, les « républiques » étaient utiles en tant qu’instrument de contrôle de l’Ukraine – dans un premier temps, principalement sur le plan militaire, puis, à l’avenir, peut-être sur le plan politique. Mais les accords ne contenaient pas de garantie claire quant au maintien de l’influence de la Russie après la fin du conflit et la dissolution des deux îlots. En ce qui concerne l’Ukraine, la population du Donbas représentait une menace, en particulier pour les partis politiques qui étaient au pouvoir jusqu’en 2019. On pouvait supposer que les habitants du Donbas ne soutiendraient pas les forces qui dirigeaient des opérations militaires à leurs portes depuis plusieurs années. L’intégration du territoire des « républiques » dans l’Ukraine ou la Russie entraînerait également des coûts importants pour la reconstruction des infrastructures détruites.

L’extrême droite après l’Euromaïdan

Le principal opposant à la mise en œuvre des accords de Minsk en Ukraine était l’ultra-droite. En août 2015, alors que le parlement votait la loi sur le statut spécial des deux régions (comme le stipulent les Accords), des émeutes ont éclaté, au cours desquelles un combattant du bataillon Sich a tué trois membres de la Garde nationale avec une grenade et en a blessé plus d’une centaine. Les organisations fascistes et nationalistes ont refusé catégoriquement tout compromis avec les séparatistes et ont souligné (à juste titre) que les accords de Minsk étaient défavorables et qu’ils avaient été signés sous la menace d’une défaite imminente.45 Ainsi, les partis politiques traditionnels ont également dû envisager les réactions possibles de cette section de l’opposition au cas où ils feraient trop de concessions.

C’est une bonne illustration de l’influence que l’extrême droite a réussi à construire après l’Euromaïdan. Il est vrai que ses positions au parlement et dans les gouvernements locaux se sont affaiblies à chaque élection. Cependant, cela ne dit pas grand-chose de son influence dans la « société civile ». Avant 2013, Svoboda était déjà le parti politique le plus actif en termes de protestation de rue. Les victoires lors des escarmouches sur la place de l’Indépendance étaient de grandes relations publiques pour les fascistes et les nationalistes, tout comme le rôle et les sacrifices des bataillons de volontaires dans le conflit armé dont les batailles clés sont devenues partie intégrante de l’iconographie nationale. C’est Azov qui a le mieux exploité cette situation.46 Après son intégration dans la Garde nationale, les commandants d’origine ont été remplacés par des soldats professionnels. Cependant, l’ancienne direction a progressivement transformé l’organisation civile affiliée, le Corps civil « Azov », en un parti politique, le Corps national. Bien que ses résultats électoraux ne méritent pas d’être mentionnés, le nombre de ses membres est estimé à dix ou quinze mille. Il possède ses propres centres culturels, publie des livres dans sa propre maison d’édition et en discute dans son club littéraire, mobilise le soutien du public par le biais de campagnes de charité, d’événements sportifs et d’un festival d’été.47 Il est beaucoup plus actif dans la « vie civique » que de nombreux partis traditionnels et que le parti paramilitaire National Druzhina (rebaptisé plus tard « Centuria »). En bref, Patriot of Ukraine, qui était à l’origine une organisation d’extrême droite mineure, a réussi – grâce à l’escalade de la violence lors de l’Euromaïdan et à la militarisation ultérieure du conflit – à faire ce que l’extrême droite de nombreux pays européens n’a pas réussi à faire. Elle a construit un mouvement social capable de toucher différents groupes de personnes sur de nombreux fronts différents.48

Le régiment Azov a été officiellement dépolitisé en étant intégré au MIA, mais il existe toujours une coopération et divers liens personnels entre lui et la version civile d’Azov. Le « phénomène Azov » est souvent mal décrit. Son idéologie n’est pas le néonazisme, mais plutôt une variante moderne du fascisme qui s’inspire des traditions locales du nationalisme intégral.49 Il n’est pas non plus tout à fait vrai que l’Ukraine est devenue une sorte de plaque tournante mondiale de l’extrême droite. Bien que les fascistes ukrainiens entretiennent des contacts avec certaines organisations alliées à l’étranger, les forces fascistes les plus notoires d’Europe se sont rangées du côté de la Russie dans le conflit.50 C’est l’une des raisons pour lesquelles Svoboda a quitté l’Alliance des mouvements nationaux européens en 2014, où elle avait le statut d’observateur. Azov et les autres forces d’extrême droite n’ont pas non plus de réel contrôle sur l’État ukrainien. Elles ont des connexions politiques qu’elles ont pu exploiter,51 mais sinon, elles se considèrent comme étant dans l’opposition et considèrent les partis au pouvoir comme leurs ennemis.

Pourtant, ce serait une erreur de sous-estimer la scène d’extrême droite ukrainienne. Après 2013, elle a réussi à acquérir une expérience du combat et à avoir accès à des armes. Depuis lors, elle s’est concentrée sur la construction de structures parallèles qui seront encore mieux préparées à profiter d’une opportunité du type de celle de l’Euromaïdan. Dans le même temps, les militants fascistes et nationalistes représentent déjà un réel danger pour la gauche ukrainienne, le mouvement féministe, les Roms et les personnes homosexuelles.52

Républiques anti-populaires

Après l’Euromaidan, les capitalistes du Donbas se sont soudainement retrouvés sans leur influence antérieure sur l’État. L’accord d’association avec l’UE menaçait leurs intérêts économiques, liés à des conditions commerciales favorables avec l’espace post-soviétique et à des prix du gaz bas. Au printemps 2014, l’anti-Maidan a donc pu leur apparaître comme un outil commode pour faire pression sur Kiev, entraînant un nouveau compromis au sein de la classe capitaliste, une nouvelle division des sphères d’influence. Ce compromis aurait pu prendre diverses formes, mais les options les plus extrêmes auraient été la fédéralisation. L’indépendance totale des oblasts de Donetsk et de Luhansk, ou leur annexion à la Fédération de Russie, n’était pas dans l’intérêt des grandes entreprises du Donbas. Les deux options représentaient un plus grand danger pour leurs intérêts que la ligne de base post-Euromaidan. L’indépendance aurait créé des États faibles, probablement sans reconnaissance internationale, avec un accès inexistant ou compliqué au marché mondial et des liens rompus avec le reste de l’Ukraine. Après l’intégration à la Russie, les oligarques auraient dû oublier toute influence politique. Même si une place leur était trouvée dans la « verticale du pouvoir » consolidée de Poutine, en faire partie impliquerait de renoncer à toute indépendance. L’annexion n’était pas non plus une perspective attrayante du point de vue économique, car les entreprises du Donbas seraient exposées à une concurrence beaucoup plus intense sur le marché russe.

Ainsi, le pari de l’élite du Donbas, que nous avons mentionné dans une section précédente, n’a pas fonctionné. Au lieu de créer un compromis acceptable avec le pouvoir de Kiev, l’Anti-Maidan a échappé à tout contrôle et, en raison de l’intervention russe, a conduit à l’émergence de nouveaux statelets. Leur direction était composée de personnes peu connues. Il s’agit de capitalistes de second ou troisième rang (le propriétaire d’une usine de savon, l’ancien directeur d’une usine de transformation de la viande, le propriétaire d’une entreprise de carburant et de pétrole, un négociant en charbon), de laquais divers (un spécialiste du marketing politique au passé néonazi, l’ancien manager de l’équipe de football d’Akhmetov, l’assistant d’un député), de fraudeurs de métier et de plusieurs membres de l’appareil de sécurité (ukrainien ou russe). Pour les anciens dirigeants du Donbas, comme Akhmetov, la nouvelle situation est un désastre.

Les secteurs miniers et manufacturiers locaux se retrouvent soudainement hors de portée de leurs maîtres et en grande difficulté. De nombreuses usines ont été endommagées par les combats, d’autres ont perdu des fournisseurs ou des clients. Les infrastructures ont également souffert. Les « républiques » ont également perdu beaucoup de main-d’œuvre et d’entrepreneurs locaux en raison de l’émigration.53 Elles ont été privées des subventions et des investissements de l’État. La diminution de la production a réduit l’assiette fiscale et les recettes douanières. En conséquence, ce qui était autrefois le cœur de l’économie du Donbas s’est effondré et les « républiques » se sont retrouvées dans l’incapacité de reconstruire ce que la guerre avait détruit, et encore moins de relancer un quelconque développement.

Les régimes de la RPD et de la RPL sont militairement, politiquement et économiquement subordonnés à la Russie et dépendent de son aide pratiquement depuis le début. Toutefois, cette assistance était limitée à ce qui était nécessaire en termes d’intérêts russes. Au cours des huit années d’existence des « républiques », il n’y a eu aucun investissement en capital significatif pour moderniser la vieille base industrielle de la région.54 L’aide a principalement pris la forme de rations humanitaires, de l’approvisionnement des magasins en denrées alimentaires russes, de la fourniture d’électricité et de gaz, ou de la possibilité pour la population de se rendre en Russie pour y travailler. L’économie des territoires occupés est effectivement passée de la hryvnia au rouble, mais sans réelle intégration dans le système financier mondial ou du moins russe. La plupart des transactions quotidiennes se font en espèces, les distributeurs automatiques sont peu nombreux et leur utilisation est associée à des frais élevés.

En 2017, la RPD a annoncé la nationalisation de 43 entreprises. Il s’agissait également d’une réponse au blocus du transport de marchandises par l’Ukraine, qui a commencé en 2016 comme une action spontanée d’anciens combattants et de nationalistes pour obtenir la libération de prisonniers de guerre. Il a ensuite été rendu officiel par l’État ukrainien. Le blocus a rendu impossible l’acheminement des matières premières de l’ouest vers le Donbas, tout en empêchant l’exportation de produits finis. L’objectif de la nationalisation était de rompre tous les anciens liens et de lancer le processus de réorientation.

La partie de l’économie productive de la RPD et de la RPL qui avait des liens avec des clients des industries stratégiques russes (par exemple, la métallurgie pour l’industrie de l’armement) est passée sous le contrôle de Vnechtorgservis (VTS, « Service du commerce extérieur ») après la nationalisation. Cette société est enregistrée en Ossétie du Sud et est liée à l’ancien trésorier de M. Ianoukovitch, Serhiy Kurchenko, poursuivi en Ukraine pour une fraude de plusieurs milliards de dollars sur les exportations de gaz. Le VTS a joué un rôle spécifique dans les territoires occupés. Jusqu’à l’invasion de cette année, la Russie ne reconnaissait pas formellement l’existence des deux « républiques ». Elle reconnaissait toutefois l’indépendance de l’Ossétie du Sud, qui reconnaissait à son tour la RPD et la RPL. La société était donc en mesure de délivrer des documents d’exportation valables pour le transport de marchandises des territoires occupés vers la Russie. Son modèle commercial reposait sur trois principes : des contacts à médiation politique avec des clients en Russie, une exploitation extrême de la main-d’œuvre et une relation purement parasitaire avec la base technique obsolète du Donbas.

Le VTS aurait également fourni des débouchés à une autre partie importante de l’industrie du Donbas – l’extraction du charbon. Cependant, selon les estimations du syndicaliste ukrainien Mykola Volynko, en 2020, moins d’un tiers seulement des soixante-dix mines des territoires occupés étaient encore opérationnelles. Il s’agissait principalement de mines d’anthracite pour la production de coke, qui était la plus rentable et dont le marché était garanti. Une partie du charbon était également réimportée illégalement en Ukraine sous le couvert du VTS. D’autres mines ont été détruites par la guerre, ou leur production n’était pas viable sans subventions (que, bien sûr, l’État ukrainien a refusé de continuer à fournir) et ont dû être fermées. Beaucoup sont inondées, ce qui a de graves conséquences pour les puits d’eau potable des habitants. Des substances toxiques s’échappent des mines, menaçant de provoquer une catastrophe écologique.55

Bien entendu, les difficultés économiques ont eu un effet immédiat sur le niveau de vie. Les salaires des mineurs sont parmi les plus élevés des « républiques » et, à la fin de 2019, ils s’élevaient à environ 16–17 000 roubles par mois (environ 250 € à l’époque). Dans le reste de l’Ukraine, le salaire moyen des mineurs était d’environ 15 000 UAH (environ 470 €). Dans d’autres secteurs de la RPD et de la RPL, la situation des revenus est encore pire : le salaire moyen est d’environ 8 à 10 000 roubles (jusqu’à 150 €), les gains supérieurs à 12 000 roubles sont considérés comme très bons.56 Dans les mines et les usines, les arrêts de travail et le non-paiement des salaires sont un problème chronique, qui a une longue tradition dans le Donbas. L’armée offre une alternative de carrière aux hommes en bonne santé physique, associée à un revenu régulier.57

Après le gel du conflit, les magasins des « républiques » n’ont pas souffert de pénurie aiguë de marchandises. Selon les résidents, le plus gros problème est celui des prix, qui, selon eux, sont proches de ceux pratiqués dans les régions frontalières russes. On ne dispose pas de données sur le nombre de migrants de la RPD et de la RPL qui travaillent en Russie, mais les sites Internet de recherche d’emploi locaux regorgent d’offres promettant des revenus nettement plus élevés, par exemple à Rostov-sur-le-Don. L’effondrement de l’industrie locale, ainsi que la pandémie de COVID-19, ont créé les conditions d’un travail à distance, dans la gig economy ou dans des centres d’appels desservant des clients en Russie.58

La dégradation de la situation a conduit à plusieurs protestations. En 2016 déjà, les travailleurs de plusieurs mines de Makeyevka (RPD) se sont mis en grève pour réclamer des salaires plus élevés. Ils ont été qualifiés de traîtres et de saboteurs et ont fait l’objet d’une enquête par les services de sécurité. Une autre vague de mécontentement, plus importante, est arrivée en 2020. Une liste interne de mines à fermer a été divulguée au public. En conséquence, cinquante mineurs de la mine de Nykanor-Nova (Zorynsk, LPR) ont refusé de sortir début mai. Ils sont restés sous terre pendant six jours, tandis que leurs femmes manifestaient à la surface. Le motif de la protestation n’était pas seulement la fermeture prévue, mais aussi les arriérés de salaire accumulés au cours des vingt derniers mois. La grève a permis d’obtenir le remboursement partiel des salaires dus, mais les plans de la direction n’ont pas pu être modifiés. La protestation s’est ensuite étendue à quatre autres mines, où les gens travaillaient également gratuitement depuis plusieurs mois. Toutefois, seule une centaine de mineurs de la mine de Komsomolskaya, près d’Antracyt (LPR), ont réussi à se réfugier sous terre avant que les autorités ne puissent réagir. Leur protestation a conduit au paiement immédiat d’une partie de la dette. Lorsque la société n’a pas respecté le délai de paiement suivant, les mineurs ont décidé de poursuivre leur lutte. Cependant, les autorités étaient prêtes : elles ont coupé l’électricité des mineurs, bloqué les réseaux de téléphonie mobile et l’internet en surface, et bouclé toute la ville pour empêcher les actions de solidarité. Le MGB (l’équivalent local du KGB) a ouvert une enquête sur les organisateurs de la grève et leurs familles. Plus de vingt personnes ont été placées en détention. En juin, une manifestation d’environ deux cents collègues et parents a eu lieu devant les autorités locales, pour demander leur libération, la garantie de l’impunité et le paiement de deux mois de salaire. La protestation a été couronnée de succès, mais là encore, seulement partiellement.59

Le fait que les mineurs en grève intéressent le ministère de la Sécurité d’État illustre bien la nature politique de la RPD et de la RPL. Les régimes ont largement traité toute opposition dès le départ : en 2014–2016, des centaines de journalistes, de militants pro-ukrainiens et d’autres ennemis présumés ont été soumis à une détention illégale dans des camps de concentration et des podvals (sous-sols), où ils ont été soumis à la torture, à des simulacres d’exécution ou à des violences sexuelles. Depuis lors, les syndicats indépendants et autres organisations de travailleurs sont inexistants ou immédiatement persécutés, comme dans le cas des mineurs. Dans l’esprit de la tradition soviétique, les fonctions des syndicats officiels se limitent à la récréation et à la répression.

La dépendance des deux États à l’égard de la Russie se manifeste également en termes politiques et militaires. Après 2014, l’armée russe n’est pas simplement intervenue comme une force auxiliaire, aux côtés des séparatistes. Les milices populaires dites de la RPD et de la RPL sont en fait subordonnées au commandement du district militaire sud des forces armées de la RF. Les rangs des commandants locaux, ainsi que ceux de l’administration civile, ont été décimés par une série de purges qui ont éliminé ceux qui étaient trop indépendants d’esprit.60

Si le stalinisme réel était une tragédie, les « républiques » d’Ukraine orientale le répètent comme une farce : avec la terreur, la propagande, les « tribunaux  populaires », les « élections » truquées, le contrôle social et l’esclavage, mais sans la modernisation fébrile, l’augmentation du niveau de vie et la mobilisation de masse. L’absence totale de perspectives, huit années de couvre-feu et les complications liées aux déplacements (par exemple, à la recherche d’une formation, les diplômes des universités locales n’étant reconnus nulle part) sont particulièrement irritants pour les jeunes.61 Des journalistes ukrainiens ont récemment demandé à un prisonnier de guerre de la RPD, âgé de 25 ans et mobilisé de force, de comparer Donetsk, Kharkiv et Bratislava, en Slovaquie, où il avait travaillé un temps en 2020.62 Sa réponse fera sûrement sourire les lecteurs slovaques : « Donetsk – le désespoir gris. Kharkiv – grande, pro-européenne, belle ville. Bratislava – eh bien, c’est ça l’Europe ! ». Il a déclaré qu’il serait le plus heureux si les choses revenaient à ce qu’elles étaient avant 2014. Cependant, une enquête indépendante de 2019 a montré toute la gamme d’attitudes des habitants de la RPD et de la RPL. Près d’un tiers souhaitait l’autonomie au sein de l’Ukraine et plus de 23 % souhaitaient l’annexion à l’Ukraine sans autonomie, mais plus de 18 % étaient favorables à l’annexion à la Fédération de Russie et plus de 27 % à l’autonomie au sein de la Fédération de Russie.

Les luttes de 2020 des mineurs et des autres travailleurs de l’Ukraine occupée ne sont pas restées sans réponse. Vneshtorgservis n’a pas été en mesure de rembourser les énormes arriérés de salaires, si bien qu’en juin 2021, les dirigeants de la DPR et de la LPR ont annoncé l’arrivée d’un « nouvel investisseur » dans le Donbas. Les entreprises qui étaient sous le contrôle de VTS ont été reprises par la société YuGMK (« Complexe minier et métallurgique du sud »), détenue par un homme d’affaires relativement peu connu, Yevgeny Yurchenko. Il a des antécédents commerciaux avec Konstantin Malofeev, un partisan de l’Anti-Maidan et du « Printemps russe ». D’autres usines sont désormais contrôlées par Herkules, une société appartenant à Ihor Andreev. Cet homme d’affaires de Donetsk dans l’industrie alimentaire et la métallurgie figurait en 148e position sur une liste de 2012 des Ukrainiens les plus riches. Après la création des « républiques », il a également participé à l’exportation de la ferraille des usines en ruine.

Les plans de ces nouveaux capitaines de l’industrie du Donbas prévoient une augmentation significative de la production. Jusqu’à présent, il semble qu’ils aient au moins réussi à rembourser certaines dettes : si l’on en croit les communiqués de presse officiels, le montant total des arriérés de salaires dans la RPD est passé de 2,5 à « seulement » 1,9 milliard de roubles (environ 29 millions d’euros). À l’usine métallurgique d’Alchevsk (LPR), Yurchenko aurait réglé toutes les dettes dues aux employés. À peu près au même moment, il a été annoncé qu’un nouveau décret de V. V. Poutine permettrait aux entreprises locales de concourir pour les marchés publics russes. Les quotas d’exportation et d’importation de marchandises en provenance du Donbas seraient également levés. Trois mois plus tard, l’invasion a commencé.

Le développement capitaliste dans des conditions de guerre

Le conflit a eu un impact majeur sur le développement de l’économie et de la politique ukrainiennes, surtout au cours des premières années. La perturbation des chaînes d’approvisionnement, la destruction ou la perte de capacités productives dues à l’occupation, ainsi que la fuite de centaines de milliers de personnes, ont fait que le pays n’a pas pu bénéficier du boom mondial d’environ six ans qui a débuté un an après l’Euromaïdan. Au lieu de cela, l’Ukraine est tombée dans une profonde récession en 2014–2015, dont elle ne s’est pas complètement remise par la suite. La part des investissements en capital dans l’économie totale est tombée à des niveaux historiquement bas. La chute de la valeur de la hryvnia a ébranlé le secteur financier local, et des dizaines de banques ont fait faillite ou ont perdu leur licence.63 Les salaires réels moyens ont chuté de 25 % au cours des deux années de guerre chaude, et le non-paiement des salaires est redevenu un phénomène de masse. La proportion de personnes dont le revenu est inférieur au niveau réel de subsistance est passée de moins de 17 % à plus de la moitié de la population entre 2014 et 2015. Bien qu’elle ait diminué les années suivantes,64 elle n’a pas encore atteint ses niveaux initiaux. Cette catastrophe économique et sociale est comparable au sort de la Grèce après 2008. Dans ce cas, cependant, elle s’est également accompagnée d’une militarisation.65

L’Ukraine a reçu 3 milliards de dollars du prêt russe négocié par Yanukovych. Cependant, en raison de la guerre, elle a refusé de le rembourser. Au lieu de cela, elle s’est à nouveau tournée vers le FMI, qui a approuvé un nouveau paquet de prêts dès avril 2014. Son volume a progressivement augmenté pour atteindre 17,5 milliards de dollars. Le pays a également signé l’accord d’association avec l’UE en juin 2014, mais il a fallu près de trois ans pour que tous les États membres le ratifient. L’accord a éliminé la plupart des droits de douane, mais a également introduit des périodes de protection, notamment pour les importations de certains types de marchandises en provenance de l’Union, comme les voitures et certains produits agricoles. En conséquence, les exportations ukrainiennes vers l’UE ont augmenté de 87 % entre 2016 et 2021. L’accord a également facilité la circulation de la force de travail : depuis juin 2017, les citoyens disposant d’un passeport biométrique peuvent se rendre dans les États membres (pendant 90 jours) sans visa. À peu près à la même époque, la part de la main-d’œuvre ukrainienne sur le marché du travail slovaque a commencé à augmenter, dépassant rapidement celle des travailleurs d’autres pays. L’expansion de la migration de la main-d’œuvre est également visible dans le rapport entre les envois de fonds et le PIB ukrainien.

Le programme du FMI comportait toutes les conditions habituelles : réduction des subventions énergétiques pour les ménages, privatisation, responsabilité fiscale et renforcement de l’État de droit. L’un des objectifs était d’améliorer l’environnement commercial et d’attirer les investissements étrangers. Cependant, les progrès de l’Ukraine dans ces domaines ont été très inégaux. En ce qui concerne la privatisation, l’État a été en mesure de vendre quelques participations minoritaires dans des entreprises énergétiques régionales et de mettre en œuvre plusieurs petits projets. Cependant, la privatisation des grandes entreprises a rencontré des problèmes. L’usine portuaire d’Odessa était autrefois le plus grand producteur d’ammoniac et d’urée pour la production d’engrais en Union soviétique. Trois tentatives de vente ont échoué, car l’usine croule sous les dettes liées à l’achat de gaz et aux litiges relatifs aux résultats des précédents cycles de privatisation. Entre-temps, l’équipement de l’usine devient obsolète, et le prix demandé est en baisse. Actuellement, 25 « grands » projets à venir (dont l’usine d’Odessa), un projet achevé avec succès et un projet en cours sont répertoriés sur le portail de privatisation en ligne lancé en 2020. Au sein de la population, le transfert d’entreprises publiques en mains privées reste impopulaire, tout comme la vente de terres agricoles. Selon un sondage réalisé fin 2021, seuls 11 % des personnes considèrent la mise en œuvre des programmes des institutions occidentales comme le moyen approprié d’accélérer le développement de l’Ukraine.66 D’autre part, les plans de privatisation n’ont pas provoqué de protestations ou de grèves importantes ces dernières années.67

Ce n’est pas le cas sur un autre plan. Une famille de trois personnes disposant d’un revenu moyen et vivant dans un appartement de deux chambres à Kiev consacrait environ 6 % de ses revenus aux factures de services publics en 2013. En 2020, ce chiffre dépassera les 16 %. La hausse des prix n’était pas seulement une conséquence de la politique de l’État, mais elle y est liée, car les réformes comprenaient la déréglementation du marché du gaz à la consommation ou la suppression des « tarifs préférentiels » pour l’électricité. Ces mesures ont été accueillies par des protestations. En 2016, les syndicats ont organisé une manifestation de 50 000 personnes à Kiev, probablement la plus importante depuis l’Euromaïdan. Outre la hausse du salaire minimum, elle a exigé l’arrêt de la hausse des prix de l’énergie. Sous une forme plus modeste, elle a été répétée deux ans plus tard, et des manifestations de moindre ampleur ont également eu lieu dans les autres régions – la plus récente l’année dernière. Elles n’ont toutefois pas réussi à enrayer la hausse du coût de la vie.

Bien que les prix de l’énergie aient augmenté, les travailleurs des mines de charbon n’ont pas vu leurs salaires augmenter. La réduction du déficit de l’État au nom de la responsabilité fiscale a également impliqué la suppression des subventions au secteur minier. De nombreuses manifestations ont eu lieu contre le non-paiement des salaires ou la fermeture prévue des mines, avec des slogans tels que « Le mineur affamé – la honte de l’Ukraine ». Des mineurs de la partie non occupée de l’oblast de Louhansk sont restés sous terre pendant sept jours, luttant pour le paiement des arriérés de salaires accumulés au cours des derniers mois, voire des dernières années. La détérioration de la situation dans le secteur a également conduit à certains actes désespérés. En 2016, le chef du syndicat indépendant des mineurs de l’Oblast de Donetsk a tenté de s’immoler par le feu dans le bâtiment du ministère de l’Énergie. Plusieurs grèves de la faim ont également eu lieu. Les actions des mineurs ne se sont pas non plus limitées au Donbas. À plusieurs reprises, des mineurs de l’ouest de l’Ukraine ont bloqué l’autoroute vers la Pologne ou se sont mis en grève. En 2020, leurs collègues de Kryvyi Rih ont refusé de remonter à la surface. Les mines appartenant à Akhmetov et Kolomoiskyi extraient du minerai de fer pour l’industrie sidérurgique locale ainsi que pour l’usine U.S. Steel de Košice (Slovaquie). Les travailleurs ont exigé une modification du système salarial ainsi que des investissements dans les équipements obsolètes qui ont causé plusieurs accidents.

Outre les mineurs, représentants typiques de la « vieille » classe ouvrière confrontée au déclin à long terme de leur secteur,68 d’autres secteurs se sont mobilisés ces dernières années, bien que dans une moindre mesure. Dans les chemins de fer, les travailleurs ont lutté contre la nouvelle approche plus « managériale » de l’employeur et ont déclaré à plusieurs reprises une « grève italienne », c’est-à-dire un ralentissement.69 Pendant la pandémie, les syndicats du secteur de la santé ont été actifs, notamment en ce qui concerne le non-paiement des salaires et des primes de covidage.70 Diverses luttes et tentatives d’organisation se sont poursuivies jusqu’à la guerre. Par exemple, les enseignants de vingt écoles de Transcarpathie se sont mis en grève à l’automne 2021, réclamant le paiement des salaires dus (plus de 600 000 € au total). À peu près au même moment, une grève limitée des coursiers de Kiev Bolt a commencé, exigeant des gains quotidiens minimums garantis.71

L’usine ArcelorMittal de Kryvyi Rih a également été le théâtre de luttes intenses. En 2018, les travailleurs se sont plaints de la faible progression des salaires et du harcèlement des syndicalistes. Plus de 12 000 ont signé une pétition exigeant le respect de la convention collective, des augmentations de salaire, une inspection de sécurité approfondie de tous les bâtiments, ainsi que la démission de la responsable des RH connue pour son approche conflictuelle. Les employés du département ferroviaire de l’usine, qui s’occupe du transport des matières premières et des produits finis, ont entamé une « grève italienne » coordonnée avec les cheminots ukrainiens. À l’époque, ces derniers étaient en grève pour obtenir des salaires plus élevés, des conditions plus sûres et le renouvellement du matériel roulant obsolète. L’aciérie de Kryvyi Rih ne pouvant produire sans le département ferroviaire, la grève l’a rapidement paralysée. La direction a menacé les grévistes de poursuites policières et judiciaires, car le gazoduc risquait d’être gravement endommagé en raison d’une baisse de pression. Cependant, les travailleurs n’ont pas reculé et ont obtenu une augmentation de salaire de 25 %. Le directeur des RH détesté a fini par démissionner, mais les différends concernant le respect de la convention collective se sont poursuivis jusqu’en 2021, tout comme la lutte pour des conditions de travail plus sûres.

L’arrivée d’ArcelorMittal était un symbole de l’essor de l’économie ukrainienne après 2000. Les gouvernements pro-occidentaux ont voulu poursuivre cette histoire après l’Euromaïdan, mais la guerre a considérablement réduit l’attractivité de l’Ukraine aux yeux du capital mondial. En 2015, le ratio des entrées nettes d’IDE par rapport au PIB est passé sous la barre du zéro pour la première fois de l’histoire. Après la stabilisation du conflit, l’activité des investisseurs a repris, mais elle n’a pas atteint les niveaux d’avant la crise. Seuls quelques projets ont créé plus de 500 nouveaux emplois entre 2014 et 2019 : Fujikura (production de faisceaux de câbles pour les voitures), Jabil (cartes de circuits imprimés, décodeurs), Flex (cartes de circuits imprimés, widgets et appareils sur mesure), Head (équipements sportifs), Leoni (faisceaux de câbles) et Sumitomo Electric (faisceaux de câbles). À l’exception de deux cas, il s’agissait dans tous les cas d’investisseurs qui avaient déjà été actifs en Ukraine auparavant. De même, les investissements en capital dépassant 100 millions de dollars ont tous été réalisés par des entreprises bien connues : outre ArcelorMittal, il s’agissait de Bunge (céréales, grains, huiles) et de Cargill (céréales).

Ainsi, dans son discours du début de l’année 2020, le président Zelensky pouvait déclarer que l’Ukraine devait encore devenir « la Mecque de l’investissement en Europe centrale et orientale ». Cependant, il était déjà clair à ce moment-là que le cycle économique était entré dans sa phase descendante. Avec l’arrivée de la pandémie, l’économie ukrainienne est retombée en récession. Quatre années de croissance, dont la vitesse était comparable à celle de la Slovaquie, ont pris fin. Or, comme l’indique la note de synthèse 2019 de la Banque mondiale, à ce rythme de développement, l’Ukraine aurait besoin de cinquante années supplémentaires pour rattraper la Pologne. L’invasion, quant à elle, a encore creusé cet écart.

Lassitude du nationalisme

Après 2013, l’extrême droite n’a pas acquis d’influence formelle significative au parlement ou au gouvernement. Cependant, l’Euromaïdan et la guerre dans le Donbas ont fait basculer l’ensemble du spectre politique vers la droite, de sorte que même des candidats improbables sont soudainement devenus des faucons nationalistes. Petro Porochenko, qui a été président de l’Ukraine de 2014 à 2019, a un jour cofondé le Parti des régions de Ianoukovitch, a ensuite fait défection dans le camp de Iouschtchenko, mais a ensuite été brièvement ministre du commerce dans le gouvernement d’Azarov (pendant la présidence de Ianoukovitch). Cet homme politique flexible s’est rapidement transformé en partisan de la ligne dure en 2014. Déjà en tant que candidat à la présidence, il a promis d’accélérer et de renforcer l’opération dans le Donbas, ce qui, selon lui, « endurcirait la nation ukrainienne ». En 2015, il a signé des lois sur la décommunisation qui rendaient impossible le fonctionnement des partis dits communistes. La loi « Sur le statut juridique et l’honneur de la mémoire des combattants pour l’indépendance de l’Ukraine au XXe siècle » a accordé un statut spécial à des dizaines d’organisations (et à leurs membres), dont l’OUN, l’UPA et le Bloc des nations anti-bolcheviques. Porochenko a également poussé à des changements dans la politique linguistique et culturelle visant à renforcer l’identité ukrainienne.

Pendant sa présidence, il est progressivement revenu au modèle du « président fort » entouré exclusivement de ceux qui lui sont fidèles. Pendant son règne, les observateurs nationaux et étrangers ont mis en garde contre la montée de l’autoritarisme, qui s’est manifestée, par exemple, par des pressions sur les journalistes et les militants anti-corruption. Une atmosphère de recherche d’un ennemi intérieur (c’est-à-dire les partisans de l’Anti-Maidan, les séparatistes, la « cinquième colonne » a été créée, ce qui a également affecté les organisations de travailleurs. Les mineurs protestataires, par exemple, ont été accusés à plusieurs reprises d’être utilisés comme des pions contre Kiev par Akhmetov, désireux de protéger son monopole. Les services secrets se sont également intéressés à l’affaire, mais les soupçons n’ont pas été confirmés et, grâce à la solidarité internationale, le harcèlement des travailleurs a pu cesser. Lors des manifestations de 2020 à Kryvyi Rih, les agents du SBU sont même allés sous terre pour convoquer les mineurs afin de les interroger. Ils ont également harcelé leurs proches et tenté de rendre difficile l’organisation de manifestations de rue dans d’autres villes en faisant pression sur les exploitants de bus commerciaux. L’entreprise a cherché à déclarer l’action des travailleurs illégale et a poursuivi l’affaire jusqu’au tribunal.72

Au départ, Porochenko avait critiqué le blocus de la RPD et de la RPL, lancé par des organisations d’anciens combattants et d’extrême droite en 2016. Au fil du temps, il a adopté l’idée et, plus tard – lorsqu’il n’était plus président -, il a considéré les suggestions visant à l’abolir comme équivalant à une trahison. Pendant le mandat de Porochenko, la politique de l’État ukrainien à l’égard des territoires occupés et de leur population a été dure. Des centaines de milliers de personnes déplacées des « républiques » se sont retrouvées sans aide efficace pour trouver un nouveau logement et des moyens de subsistance. Elles ont dû dépendre de l’aide d’organisations caritatives telles que Vostok SOS (« SOS Est »). La Cour suprême a déclaré illégal le harcèlement lié au versement des pensions et des prestations sociales aux personnes qui, pour quelque raison que ce soit, sont restées sur le territoire occupé. Pourtant, le harcèlement s’est poursuivi. Les militants syndicaux qui se sont exprimés contre le blocus et ont cherché à jeter des ponts entre les personnes des deux côtés de la « ligne de contact » ont fait face aux menaces de volontaires d’extrême droite qui s’étaient habitués à l’approche non interventionniste de la police. Lors de la campagne précédant l’élection présidentielle de 2019, la rhétorique de Porochenko est devenue encore plus dure. Son slogan central était « Armée ! Langue ! Foi ! ».

Une enquête sociologique réalisée avant les élections a examiné l’opinion publique sur la situation dans le Donbas. Plus de la moitié des personnes interrogées ont décrit les habitants de la RPD et de la RPL comme des « victimes des circonstances » ou des « otages des groupes armés illégaux ». Seul un tiers des personnes interrogées étaient en faveur d’une voie militaire vers la paix ou d’un arrêt de tous les flux financiers, y compris les pensions de vieillesse. Une grande majorité, au contraire, préférait la stratégie consistant à construire une « vie normale » en territoire non occupé. En d’autres termes, une part écrasante de la population estimait que l’accent devait être mis sur la création d’une alternative attrayante aux régimes en place dans le Donbas et donc sur leur affaiblissement.

Ces réponses laissaient présager les résultats de l’élection présidentielle de 2019, mais aussi de nouvelles évolutions de l’opinion publique. Porochenko n’a obtenu que 25 % des voix au second tour (environ 15 % de tous les électeurs éligibles), ne remportant la majorité que dans l’oblast de Lviv. Partout ailleurs, le vainqueur a été Zelensky – un candidat issu d’une famille juive russophone de Kryvyi Rih qui avait pour programme de mettre fin à la guerre par des négociations. Lors des élections législatives organisées quelques mois plus tard, un peu moins de 50 % des électeurs ont voté, soit le taux de participation le plus faible depuis l’indépendance de l’Ukraine. Plus des deux tiers des sièges étaient répartis entre des partis dont l’attitude à l’égard de la construction d’une identité nationale ukrainienne était plutôt tiède (« Serviteur du peuple », le parti de Zelensky) ou carrément hostile (« Plate-forme de l’opposition – Pro-Life »).73 Les gens étaient clairement fatigués de la guerre et du nationalisme. Dans un sondage réalisé en février 2020, moins d’un an après les élections, seul un cinquième de la population était favorable à une solution militaire au conflit du Donbas et plus de la moitié la rejetait.

Zelensky et son parti ont gagné grâce aux techniques modernes de marketing politique et à un programme anti-Porochenko : pour une solution raisonnable au conflit dans le Donbas, contre les excès « ultra-ukrainiens » de la politique culturelle, pour la limitation du pouvoir des oligarques, contre la corruption. Avant l’élection, par exemple, Zelensky avait promis que les biens confisqués des oligarques seraient utilisés pour porter le salaire des enseignants à 4000 dollars (soit une multiplication par plus de dix). Mais la bulle a rapidement éclaté. Les révélations des Papiers Pandore ont sapé l’image d’un combattant contre l’élite, qui n’a pu être sauvée même par la distanciation progressive de Kolomoiskyi. Sur le front de l’Est, il n’y a pas de progrès substantiel et toute proposition de compromis se heurte aux protestations de l’extrême droite. Un nouveau projet de loi régissant le SBU a vu le jour, qui aurait considérablement étendu les pouvoirs de surveillance des services secrets dirigés par l’ami d’enfance du président. En outre, les augmentations des tarifs énergétiques et la réforme foncière, qui a créé un marché des terres agricoles, ont montré que le centrisme de Zelensky ne signifiait pas un éloignement des réformes impopulaires. Ces dernières ont également pris la forme de tentatives de réduction des droits syndicaux ou de l’introduction d’innovations telles que les contrats « zéro heure ». D’autre part, même le FMI n’était pas satisfait de la mise en œuvre du programme. La déception est générale : à la moitié de son mandat, la cote de Zelensky est en baisse. La tendance ne s’est inversée qu’après que le président a fait sa première déclaration par vidéo – depuis Kiev assiégée.

Dans le tourbillon des catastrophes

Dans cet article, nous avons suivi les événements des trente dernières années. Avec le recul – avec tous les avantages de cette perspective – ces événements d’une tragédie continue de la classe ouvrière ukrainienne. En février 2022, elle est simplement entrée dans l’acte suivant.

Pendant les grèves au tournant des années 1980 et 1990, l’une des revendications des mineurs du Donbas était la privatisation. Elle semblait garantir l’indépendance : ils ne voulaient pas que leur destin soit entre les mains des anciens dirigeants de Moscou ni des nouveaux de Kiev. De cette façon, ils ont symboliquement convoqué une calamité qui s’est ensuite abattue sur toute l’Ukraine. Elle a entraîné la désintégration progressive de tout un mode de vie, le dépeuplement des régions, la désintégration des communautés. La violence et la destruction ont envahi la vie des travailleurs, sous la forme immédiate de la criminalité, mais aussi sous la forme structurelle de l’augmentation du taux de suicide et de la baisse de l’espérance de vie. La résistance des travailleurs ne pourra jamais être complètement brisée, mais les conditions de leur lutte sont de plus en plus désespérées. Comme le rappelle Oleg Dubrovsky, dans une situation de non-paiement massif des salaires, les travailleurs ont dû se battre pour avoir le droit d’être des travailleurs salariés, au lieu d’être des esclaves.

Cette expérience, ainsi que l’héritage de désorganisation et de dépolitisation laissé par le régime soviétique, a préparé le terrain pour la domination de maîtres locaux qui ont promis de protéger les intérêts sectoriels et régionaux des travailleurs dans les luttes brutales de la concurrence. Dans le même temps, la nouvelle classe capitaliste et ses représentants politiques n’ont pas été capables (ou désireux) de créer les conditions d’un développement capitaliste standard, pas même au degré où il est devenu courant dans la plupart des autres pays de l’ancien bloc de l’Est. Au lieu de cela, une lutte s’est déclenchée pour les positions qui étaient des conditions préalables à « l’accumulation politique ». Les agents de ce conflit ont instrumentalisé la question nationale, qui a immédiatement été imprégnée d’un contenu socio-économique. Une orientation pro-russe était associée à la nostalgie de l’époque soviétique, aux soins paternalistes et à la position privilégiée des mines et de l’industrie lourde. D’un autre côté, une orientation pro-européenne sur « l’adhésion à l’Europe » était liée aux attentes de salaires et de conditions de vie européens.

Après la crise de 2008, les contradictions sociales se sont intensifiées dans le monde entier. La montée des forces nationalistes et d’extrême droite s’est accélérée. Dans le contexte ukrainien, les résultats misérables des deux décennies précédentes, au cours desquelles le pays ne s’est pas extirpé de la sphère d’influence russe, ont également joué un rôle dans ces processus. Pour une partie de la population, quitter cette sphère est devenu la seule garantie de progrès. En 2013, le mécontentement accumulé a explosé d’une manière que le régime n’a pas pu contenir. Le virage autoritaire de Ianoukovitch n’a pas été assez rapide et décisif, mais les centaines de cadavres sur la place de l’Indépendance ont suffi à rendre les protestations inarrêtables.

Une spirale s’est mise en marche, et nombreux sont ceux qui ont voulu en exploiter l’énergie. Le changement de régime a porté au pouvoir les représentants d’une faction de la classe capitaliste qui avait été mise à l’écart auparavant. Dans les combats de rue avec la police, l’influence de l’extrême droite a été renforcée. Les capitalistes du Donbass espéraient que l’Anti-Maidan leur permettrait de maintenir leur position dans les nouvelles conditions, tout en préservant l’intégrité de l’Ukraine. Une partie des travailleurs du Donbass craignait qu’après l’Euromaïdan, ils se retrouvent sans représentation. À ce moment-là, la Russie est intervenue de manière décisive dans la situation. Huit ans plus tard, les détails de la prise de décision russe sont toujours entourés de mystère. Il semble qu’au départ, seule la Crimée était visée, principalement en raison de son importance militaire. Les troubles à l’est et au sud-est – alimentés par la propagande télévisée, les provocateurs professionnels venus de l’autre côté de la frontière et les restes de structures loyales du Parti des régions – ont servi à détourner l’attention de l’annexion de la Crimée et à affaiblir le nouveau régime de Kiev, qui n’a pas été en mesure de réagir de manière adéquate.

Il n’est pas clair dans quelle mesure des gens comme Girkin/Strelkov ont pu agir seuls au cours de cette période. On peut admettre que la création de « républiques » permanentes ne faisait pas partie du plan initial de la Russie. Quoi qu’il en soit, à mesure que les événements prenaient de l’ampleur, il est apparu clairement que la RPD et la RPL, si elles étaient associées au soutien militaire russe, pouvaient être utiles pour générer une pression à long terme. La guerre conventionnelle et le conflit gelé qui a suivi ont agi comme un frein au développement économique et à l’intégration dans les structures occidentales. En particulier, l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN était impensable avec les différends territoriaux persistants à l’Est. Dans le cadre du processus de Minsk et des négociations dites du format Normandie, la Russie, qui prétendait agir en tant que simple médiateur tout en étant le principal instigateur des deux États fantoches, pouvait dicter les conditions de la poursuite de la coexistence. L’Ukraine est ainsi restée définitivement à mi-chemin de la sphère d’influence russe. Par rapport à elle, les « républiques » ont joué le même rôle que la Transnistrie dans le cas de la Moldavie ou l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud dans le cas de la Géorgie. Le retour des territoires occupés sous le contrôle de Kiev, si jamais on en arrivait là, n’aurait pas été possible sans concessions qui auraient ossifié la position précaire de l’Ukraine et laissé ouverte la possibilité de son retour dans le « monde russe ». Cette constellation n’a été modifiée que par les événements de février 2022, là encore à la suite d’une initiative unilatérale de la Russie. Jusqu’alors, elle avait clairement été le maître de la situation.

Même après la signature de l’accord d’association en 2016, il n’y a pas eu de miracle économique en Ukraine. Le niveau de vie a sans doute augmenté, mais d’importantes disparités régionales persistent et, en moyenne, le pays est toujours loin de ses voisins occidentaux les plus proches.74 Malgré les slogans, l’Euromaïdan n’a pas réussi à modifier fondamentalement la structure clanique de l’économie. Il n’a fait qu’affecter l’équilibre du pouvoir entre les différentes factions de la classe capitaliste. Les sentiments nationalistes attisés par la guerre et l’élite politique dirigée par Porochenko ont réduit l’espace pour une politique émancipatrice et ont déplacé l’attention des problèmes matériels vers les questions d’identité nationale et la recherche d’ennemis internes. D’autre part, dans le territoire sous le contrôle de Kiev – surtout après la fin de la phase chaude de la guerre – des conditions normales de démocratie bourgeoise et de légalité ont été maintenues. Les travailleurs pouvaient y jouir des libertés fondamentales d’expression, de réunion, etc. Ce n’est pas le cas en RPD et en RPL, où le règne arbitraire de gangs complètement subordonnés à l’État russe a régné en maître. On peut difficilement les décrire autrement que comme une administration coloniale.

L’une des grandes attractions de l’Anti-Maidan était le sauvetage de l’industrie minière dans les Oblasts de Donetsk et de Luhansk de l’indifférence des gouvernements de Kiev et des menaces du diktat de l’UE. Les propagandistes ont travaillé dur pour donner l’impression que les mineurs ont spontanément pris les armes pour défendre leurs moyens de subsistance. Huit ans plus tard, il est clair qu’il n’en a rien été. Une partie importante des mines a été abandonnée ou détruite. Ni le pari de la privatisation au début des années 1990, ni l’espoir d’une sorte de retour aux temps anciens sous la bannière du stalinisme orthodoxe-chrétien n’ont apporté quoi que ce soit de bon aux travailleurs du Donbas.

Les transformations économiques dans l’ensemble de l’ancien bloc de l’Est ont entraîné le déclin de grandes parties de la « vieille » industrie, la fermeture d’usines, le pourrissement des systèmes de machines, l’effondrement des mines. Mais les États-Unis aussi ont leur Rust Belt. Les processus de désindustrialisation ont varié dans leur durée, mais ils se sont partout accompagnés de misère, de souffrances massives de segments entiers de la classe ouvrière, et de l’explosion de pathologies allant de la violence domestique à la toxicomanie. Dans l’Ukraine post-2014, cependant, le processus sans fin de transition économique a atteint son stade le plus brutal : la destruction du vieux capital fixe, non rentable lorsqu’il est utilisé dans les nouvelles conditions, au moyen d’obus d’artillerie et de missiles balistiques.

(A suivre.)


  1. Notre traduction est basée sur l’original ukrainien, qui est disponible en ligne. Le manuscrit a été publié en anglais en 1968, grâce, en partie, à l’érudit slovaque d’Ukraine, Juraj Bača (1932–2021), qui a contribué à le faire connaître en Occident. Il a ensuite été condamné à quatre ans de prison en République socialiste tchécoslovaque. Une édition anglaise plus récente est également disponible en ligne

  2. Une autre option est l’intégration de l’Ukraine ou de sa partie occupée en tant que membre quasi-indépendant de ce que l’on appelle l’État de l’Union, une entité supranationale qui réunit actuellement la Fédération de Russie et le Belarus. 

  3. Cela représentait environ 76 % de tous les électeurs éligibles. En Crimée, le soutien à l’indépendance a été le plus faible, avec environ 54 % des voix. De même dans la ville de Sébastopol, qui constituait une circonscription distincte, 57 %. Dans les oblasts de Donetsk et de Louhansk, en revanche, près de 84 % des votants étaient favorables à l’indépendance. Wikipedia résume les résultats en détail. 

  4. En 2013 encore, les importations en provenance de Russie représentaient 29 % des importations totales de biens ; les exportations vers la Russie représentaient près de 23 % des exportations ukrainiennes de biens. En 2020, ces deux indicateurs avaient chuté à 11 % et 6 %, respectivement (voir oec.world). D’autre part, les exportations vers l’UE15 représentaient déjà une part plus importante des exportations ukrainiennes totales que les exportations vers la Russie en 2002. Ainsi, la dépendance de l’industrie ukrainienne vis-à-vis du gaz et du pétrole russes a joué un rôle décisif. 

  5. Une caractéristique spécifique de la transition ukrainienne (ainsi que russe) est que le chômage officiel n’a jamais atteint un niveau proche de vingt pour cent, comme en Pologne (2002) ou en Slovaquie (2001). Les travailleurs des entreprises en difficulté sont restés officiellement employés mais n’ont pas été payés – bien que dans de nombreux cas, ils aient continué à travailler. Parfois, ils ont reçu des paiements en nature plutôt qu’en espèces. 

  6. Bien sûr, à bien des égards, elle rappelle aussi l’histoire d’autres anciens pays du bloc de l’Est, dont la Slovaquie. 

  7. L’histoire et la structure des « clans » sont décrites dans « La démocratie oligarchique » de Sławomir Matuszak. Voir aussi « La consolidation des clans d’affaires ukrainiens » par Viatcheslav Avioutskii. 

  8. Un phénomène particulier de la vie politique en Ukraine a été l’émergence d’une série de faux groupes de gauche fondés vers 2000 par le même cercle de personnes. Ces pseudo-organisations ont établi des contacts avec des « internationaux » étrangers, principalement de la variété trotskyste, et ont attiré leur aide matérielle ou leur argent. Il suffisait d’écrire que l’on s’identifiait à leur programme politique et que l’on voulait devenir une section ukrainienne ou russe. Malgré les rencontres personnelles, il a fallu trois ou quatre ans pour que les donateurs étrangers – ravis de la croissance inattendue du mouvement ouvrier dans l’ancien bloc de l’Est – découvrent que leurs « partenaires » étaient en fait des bonimenteurs politiques. Le scandale a sérieusement entamé la réputation internationale de la gauche ukrainienne, même si l’on peut aussi s’étonner de la naïveté des gauchistes occidentaux. 

  9. En ce qui concerne les grèves antérieures des mineurs de Donbas pour des revendications économiques et la démocratisation, voir le documentaire Perestroika from Below (1989). Les grèves ultérieures comportaient des revendications politiques plus explicites, notamment l’indépendance nationale. Voir les interviews des leaders de la grève à Donetsk, ainsi qu’un bref documentaire (avec sous-titres en anglais). L’histoire de la protestation des mineurs de la perestroïka à 2000 est résumée dans un essai de Vlad Mykhnenko sous-titré « Les mineurs ukrainiens et leur défaite ». Voir également les souvenirs du militant ouvrier de Dnipro, Oleg Dubrovsky, dans une interview de 1996 (en anglais), ainsi que son analyse du processus de privatisation de l’industrie minière (en russe). 

  10. L’une des conséquences de la désintégration de l’industrie minière dans le Donbas a été la croissance de l’exploitation minière illégale dans les « kopanki ». Une section du documentaire de 2005, Workingman’s Death, est consacrée à ce phénomène. Le paysage post-apocalyptique de l’oblast de Donetsk est dépeint dans le court documentaire Life After the Mine (2013). 

  11. L’entreprise allemande possède également quatre usines plus petites en Slovaquie. 

  12. Pour plus de détails sur les investissements directs étrangers (IDE) en Ukraine, voir l’analyse de l’Institut de recherche économique et de conseil politique basé à Kiev. Les entreprises qui ont été la cible d’IDE sont nettement plus productives et versent des salaires plus élevés que les entreprises à capitaux nationaux. D’autre part, les secteurs de l’économie ukrainienne qui ont reçu la plus grande part des investissements sont le commerce et la finance. L’analyse de l’impact sur le pays est compliquée par le fait que la plupart des investissements proviennent de sociétés fictives situées dans des paradis fiscaux, notamment à Chypre. Une proportion importante de ces investissements peut être ukrainienne (par exemple, pour obtenir un traitement fiscal plus favorable) ou russe. On estime que le volume réel des investissements russes est (ou était) jusqu’à quatre fois plus important de ce fait. 

  13. Cela s’inscrivait dans une histoire plus complexe de conflit commercial que nous ne traiterons pas ici. En 2010, l’Ukraine a négocié un prix du gaz légèrement plus favorable (en échange de la prolongation du bail de la base militaire de la mer Noire à Sébastopol jusqu’en 2042), mais le nouveau prix était toujours plus élevé qu’avant la crise de 2008. 

  14. La comparaison avec 1991 est encore plus choquante : près de trente ans plus tard, le PIB réel de l’Ukraine se situe à soixante-dix pour cent du niveau de départ. Bien entendu, étant donné le rôle joué par l’économie informelle en Ukraine, les chiffres du PIB peuvent être faussés. Pour des estimations de la taille de l’économie informelle dans les années 1990, voir l’article d’Ulrich Thiessen. Mais le contraste avec les pays voisins, ainsi qu’avec de nombreux pays de l’ancienne Union soviétique, est néanmoins abyssal. Voir également la chute de la part de la valeur ajoutée manufacturière dans le PIB après 2008. 

  15. Pour les données, voir l’OICA. À titre de comparaison, la Slovaquie a produit environ 575 000 voitures en 2008 et près du double en 2019. La désintégration de l’industrie automobile ukrainienne est liée à plusieurs facteurs  : la perte de marchés à l’Est, la réduction des droits de douane sur les importations de voitures conformément aux règles de l’OMC, ainsi que le manque d’investissements et l’incapacité à concurrencer les constructeurs étrangers. 

  16. En 2020 encore, 1 600 d’entre elles étaient en activité et représentaient 10 % de l’économie ukrainienne. 

  17. Même l’accord que l’Ukraine a signé plus tard (après l’Euromaïdan ; voir ci-dessous) ne mentionne pas l’adhésion à l’UE. Elle n’a obtenu le statut de candidat qu’en juin 2022, en pleine guerre. 

  18. Bien sûr, elle est beaucoup plus profonde que ce que nous suggérons ici. Cependant, nous ne pouvons pas traiter ici des Cosaques de Zaporizh, de Taras Shevchenko ou du décret du Tsar Alexandre II qui a effectivement interdit l’utilisation de la langue ukrainienne dans l’écriture et l’éducation. Dans ce qui suit, nous ne traiterons que de la période qui a suivi l’indépendance de l’Ukraine en 1991. Toutefois, quelques remarques concernant cette histoire plus longue : après la révolution d’octobre, l’Ukraine a connu – outre une guerre civile sanglante et compliquée – une brève période de développement intense de la culture et de la langue locales, ainsi qu’une modernisation rapide. Ce développement a atteint son apogée en 1927–1929. Le tournant vers la russification s’est produit avec la collectivisation forcée (et la famine qu’elle a provoquée), ainsi qu’avec l’élimination définitive de la gauche indépendante et de toute opposition au stalinisme. La terreur de Staline a discrédité le marxisme en Ukraine soviétique et a sapé la popularité du parti communiste d’Ukraine occidentale, qui opérait sur ce qui était alors le territoire polonais. Cela a renforcé la position des nationalistes de droite, qui ont ensuite mené une résistance armée contre le régime soviétique et collaboré avec l’Allemagne d’Hitler. Cela a servi de base à la poursuite de la répression et de la russification. Cela s’est poursuivi, par vagues plus ou moins fortes, jusqu’à l’effondrement de l’URSS. Sous la bannière de la suppression du « nationalisme bourgeois ukrainien », elle a entraîné le déplacement des personnes de nationalité ukrainienne (ou autre nationalité non russe), l’installation de Russes ethniques ou d’autres populations russophones, ainsi que la suppression de l’enseignement et de la publication en langue ukrainienne. À ce sujet, voir le livre de Serhiy Plokhy, Lost Kingdom : A History of Russian Nationalism from Ivan the Great to Vladimir Putin. À plusieurs égards, la position de l’Ukraine (ainsi que d’autres républiques non russes) dans l’Union soviétique ressemblait à celle des colonies des empires occidentaux ou des « colonies intérieures » de la Russie tsariste. D’autre part, l’époque soviétique a également été caractérisée par un développement industriel intensif. 

  19. Sur ce point, voir Stephen Crowley, « Between Class and Nation : Worker Politics in New Ukraine » (1995). 

  20. Ce n’est pas la seule source historique possible de l’identité ukrainienne et de la politique nationaliste. Les tout premiers balbutiements du nationalisme ukrainien au XIXe siècle étaient de gauche (Ivan Franko, Mykhailo Drahomanov, Lesya Ukrainka). Le premier État ukrainien, qui a aboli la grande propriété foncière, a été fondé par des sociaux-démocrates et des SR. L’essor de l’avant-garde artistique dans la seconde moitié des années 1920 est, en partie, un produit du bolchevisme ukrainien. Enfin, l’émigration ukrainienne anti-stalinienne avait également son aile gauche, dont l’organe était le magazine Vperiod. Le contenu politique de ces traditions a cependant été trop discrédité par le stalinisme. 

  21. Yurii Shukhevych, le fils d’un des commandants de l’UPA, a été élu en 1990 à la tête de l’Assemblée nationale ukrainienne d’extrême droite (connue plus tard sous le nom de UNA-UNSO). L’un des fondateurs du Congrès des nationalistes ukrainiens (1993) était Yaroslava Stetsko, un ancien membre de l’aile radicale de l’OUN. Après la guerre, elle a été active au sein du Bloc des nations antibolcheviques, qui réunissait, entre autres, l’émigration slovaque Ľudák, croate Ustaše et ukrainienne Banderaite. Parmi les Slovaques, Ferdinand Ďurčanský, par exemple, était impliqué dans ce groupement. 

  22. Une organisation similaire, appelée République de Donetsk, opérait dans le Donbas depuis 2005. 

  23. De même, la division de la scène politique en parties « pro-russes » et « pro-occidentales » ne peut être simplement identifiée à la division gauche-droite. Nous avons déjà mentionné que les deux camps ont accepté, bon gré mal gré, les diktats du FMI et ont cherché à se frayer un chemin dans les négociations. C’est également le gouvernement nommé par M. Ianoukovitch qui a approuvé l’impopulaire réforme des retraites ou qui a réduit les allocations aux vétérans de Tchernobyl. Sous son ministre de l’éducation, Tabachnyk, bien connu pour ses déclarations « anti-ukrainiennes », des organisations étudiantes de gauche ont protesté contre la commercialisation des universités. 

  24. Les données les plus récentes sont celles du recensement de 2001. Selon elles, les Russes représentent environ 17 % de la population de l’Ukraine, mais 39 % et 38 % dans les oblasts de Donetsk et de Louhansk, respectivement (Crimée : 58 %). Par ailleurs, une grande partie de l’implantation russe dans le Donbas est relativement récente, puisqu’elle remonte à la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale. Il convient d’ajouter que les données sur la nationalité ne doivent pas être confondues avec celles sur la première langue. Selon le recensement de 2001, la population dont la première langue était le russe représentait environ 30 % de la population ; dans l’oblast de Donetsk, cette proportion était de 75 %. Une partie importante de cette population revendiquait la nationalité ukrainienne. 

  25. Par exemple, en 2001, le salaire mensuel moyen en Ukraine était de 311 UAH, dans l’oblast de Donetsk de 383 UAH et dans l’oblast de Transcarpathie (à l’ouest) de seulement 238 UAH. Ces disparités ont persisté, plus ou moins, jusqu’au début de la guerre en 2014. 

  26. Voir, par exemple, le cas du maire d’Odessa, Trukhanov, qui était connu pour ses attitudes « pro-russes », mais qui s’est rangé du côté de l’Ukraine après l’invasion de février 2022. 

  27. Les disputes concernant la politique linguistique ukrainienne se sont intensifiées en 2010. Une loi initiée par le Parti des régions de M. Ianoukovitch (2010, 2012) visait à écarter l’ukrainien comme langue officielle dans les régions comptant au moins 10 % de russophones. La loi plus récente date du mandat du président Porochenko (2019) et suit un schéma similaire en ce qui concerne le russe (mais pas les autres langues minoritaires). Par exemple, elle exige que les publications en langue russe soient publiées simultanément en ukrainien. Les deux lois ont été critiquées par la Commission de Venise du Conseil de l’Europe. Cependant, les affirmations de la propagande russe selon lesquelles l’utilisation du russe en public est désormais persécutée n’ont aucun fondement réel. Selon des enquêtes à long terme, seule une infime partie de la population considère le statut de la langue russe comme une question importante. 

  28. L’étiquette « d’agents étrangers », qui a commencé à être utilisée pour persécuter les ONG après 2012, a également été appliquée au syndicat indépendant MPRA de l’usine Volkswagen de Kaluga. Dans ce cas, les mystérieux bailleurs de fonds étrangers sont les fondations allemandes de gauche (Friedrich Ebert Stiftung, Rosa Luxemburg Stiftung) et la fédération syndicale IndustriALL. 

  29. Le documentaire Voices of Protest offre une perspective de gauche et de militant syndical sur l’Euromaïdan et les événements qui l’ont suivi. 

  30. Pour un aperçu de la situation des clans après l’élection du gouvernement Porochenko, voir la « carte des oligarques » de la BBC de 2015. 

  31. Serhiy Sternenko, un célèbre blogueur d’Odessa et militant du Secteur droit, a été condamné en 2021 pour possession illégale d’armes, vol qualifié et séquestration. Il s’agit de l’attaque de Sternenko contre un député local du parti pro-russe Rodina (« Patrie »), qui a eu lieu en 2015. Les partisans de l’extrême droite, mais aussi la société civile au sens large, sont descendus dans la rue pour défendre le militant d’extrême droite condamné. 

  32. Le fait qu’une de ses députées ait été la femme la plus riche du parlement en 2012–2014 en dit long sur la nature de ce parti. 

  33. Des motifs similaires étaient à l’origine de la mobilisation séparatiste en Catalogne en 2017. En ce qui concerne le Donbas, il a en fait reçu plus du budget de l’État sous forme de subventions et d’autres formes de financement qu’il n’en a versé. 

  34. Certaines régions de l’ouest de l’Ukraine ont connu le mouvement inverse au cours de la même période – la Transcarpathie était en bas du classement en 1995 avec 68 % du salaire moyen, mais en 2013, elle avait réduit l’écart à 78 %. Ces changements sont liés aux nouvelles conditions qui ont suivi l’effondrement de l’URSS. À l’époque soviétique, l’extrême ouest était une périphérie rurale marginalisée, tandis que le Donbas était un centre industriel clé. Après l’émergence d’une Ukraine indépendante, en revanche, les régions occidentales ont bénéficié de leur proximité avec les marchés européens, avec, par exemple, l’implantation d’usines de fournisseurs automobiles. Il convient de noter que, compte tenu du phénomène de non-paiement massif des salaires, les données salariales doivent être traitées avec prudence. 

  35. L’une des activités de ces groupes consistait à monter la garde devant les omniprésents monuments de Lénine, qui sont devenus la cible d’attaques après la chute de Yanukovych. 

  36. Il était un représentant du parti Unité russe, qui n’avait pas remporté un seul siège lors des élections de 2012. 

  37. Pour une étude de cas détaillée de ce processus à Kharkiv et Donetsk à titre d’exemple, voir The Donbas Conflict in Ukrainede Daria Platonova ; Elites, Protest, and Partition (2021). 

  38. Sur la prétendue tragédie d’Odessa du 2 mai 2014, qui était en fait un conflit entre deux camps de manifestants armés, voir le documentaire Odessa sans mythes

  39. Au départ, il s‘agissait probablement de Rinat Akhmetov, qui a peut-être voulu couvrir sa position. Plus tard, il s’est ouvertement opposé au séparatisme. 

  40. Peu avant l’invasion de 2022, ces unités ont été transformées en Forces de défense territoriale (TDF). 

  41. En octobre 2014, un total de 44 bataillons de défense territoriale, 32 bataillons subordonnés à la police, trois bataillons volontaires de la Garde nationale et au moins trois bataillons extérieurs aux structures étatiques avaient été créés. Selon une estimation, ils pourraient avoir totalisé 15 000 personnes, pour la plupart des hommes. En ce qui concerne les frontières nationales et linguistiques, il convient de noter que les bataillons d’extrême droite n’étaient pas basés dans l’ouest « plus nationaliste » de l’Ukraine. Le bataillon Azov était composé de supporters du club de football Metalist, basé dans la ville de Kharkiv, majoritairement russophone, qui était aussi la ville natale du fondateur du bataillon, Andriy Biletskyi. Le chef du Secteur droit en 2013–2015, Dmytro Yarosh, a grandi dans une famille russophone à Dniprodzerzhynsk. 

  42. La grande majorité des morts étaient des soldats et autres combattants (environ 4 500 du côté ukrainien et environ 7 000 du côté des « républiques » et de la Russie). La plupart des décès de civils ont eu lieu au cours des deux premières années du conflit (environ 3 000 au total). En 2021, sur les territoires de la DPR et de la LPR, huit civils au total sont morts des suites des combats – selon les donnéespubliées par les « républiques » elles-mêmes. Voilà pour les « huit années de génocide dans le Donbas ». 

  43. Le degré de responsabilité de chacune des parties est difficile à évaluer avec précision. En ce qui concerne l’État ukrainien, les rapports d’Amnesty International et de Human Rights Watch font état de l’utilisation de munitions à fragmentation, de la détention illégale de journalistes et de plusieurs cas d’enlèvement ou d’exécution par des bataillons de volontaires. Ces derniers ont également été impliqués dans le blocage de l’aide humanitaire dans les zones contrôlées par les « républiques ». Dans un cas très médiatisé, la compagnie Tornado a été dissoute en tant qu’organisation criminelle et ses membres ont été condamnés à une longue peine de prison. En revanche, les listes de crimes commis par les forces pro-russes ou russes sont considérablement plus longues ; aucun procès de ce type n’a eu lieu à notre connaissance. 

  44. Les signataires étaient des représentants de l’Ukraine, de la Fédération de Russie et des deux « républiques », ainsi qu’un représentant de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). 

  45. En 2019, le Mouvement de résistance contre la capitulation a été formé, dans lequel un certain nombre de partis et d’organisations nationalistes sont impliqués. Ce mouvement est une réaction au nouveau cap du président Zelensky, que les forces de droite jugent trop compromettant. 

  46. L’étude la plus détaillée à ce jour sur la montée du « mouvement Azov » est probablement From the Fires of War du journaliste et chercheur de Bellingcat, Michael Colborne. Elle n’a été publiée qu’en mars 2022. 

  47. Svoboda a même créé son propre syndicat, « Liberté de Travail », mais il n’est pas très actif. 

  48. Dans le cas de la Slovaquie, il suffit de penser aux garçons qui jouent à la guerre dans « Résistance Kysuce » et les « Recrues slovaques », aux tentatives d’unification de la « Jeunesse du peuple » ou de création d’une organisation familiale nationaliste et communautaire (« Tête haute »), etc. 

  49. La principale source idéologique est le théoricien de l’OUN Mykola Stsiborskyi, qui a développé le concept de « Natiocratie » (1935). Dans ce système d’État autoritaire, la « nation » elle-même gouvernerait par le biais de « syndicats d’État », une sorte d’analogue des corporations fascistes italiennes. Le mouvement Azov souscrit ouvertement à cet héritage, le considérant comme une « critique du fascisme de droite » et appelant sa version actualisée « Natiocratie 2.0 ». Dans ce système, les droits civils seraient accordés aux citoyens sur une base individuelle, à des degrés divers et en fonction du mérite. Les opinions de Stsiborskyi sont également populaires auprès d’autres parties du spectre de l’extrême droite ukrainienne ; son ouvrage fondateur a été republié non seulement par Orientir (Corps national) mais aussi par Kryla (Secteur droit). D’autres variantes du fascisme, différentes du nazisme, constituent également une inspiration importante (Ernst Jünger, Julius Evola). Voir, par exemple, la liste des livres collectés par le Corps civil « Azov » en 2016 pour les soldats de première ligne du régiment. 

  50. À une époque, il y avait un conflit idéologique entre le « Parti populaire – Notre Slovaquie » et la communauté slovaque, car cette dernière sympathisait avec Azov. En 2016, la radio internet d’Azov a diffusé une interview de Patrik Kubička, un « militant de droite slovaque » du torchon pseudo-intellectuel Reconquista

  51. Dans le cas d’Azov, l’ancien ministre de l’Intérieur Arsen Avakov a été particulièrement important. Déjà en tant que gouverneur de l’Oblast de Kharkiv (2005–2010), il entretenait des contacts avec le Patriote d’Ukraine. Plus tard, en tant que ministre, il a nommé l’un des officiers du régiment d’Azov à la tête de la police de Kiev, qui est ensuite devenu le vice-président de la police nationale. Cependant, peu après la démission d’Avakov (en partie due à la pression des ONG de lutte contre la corruption), l’officier en question a perdu tous ses postes. Cette histoire illustre la relation entre Azov et l’État ukrainien : les relations personnelles permettent l’infiltration mais pas le contrôle permanent, du moins pour l’instant. 

  52. Voir, par exemple, les rapports d’observateurs étrangers sur les crimeshaineux en 2020. L’extrême droite a spécifiquement ciblé des événements publics organisés par des féministes et la communauté LGBTI. Des attaques contre des militantes féministes ont également eu lieu depuis le début de l’invasion en 2022. Pour plus de détails sur les activités des différentes organisations d’extrême droite, voir l’article de Denys Gorbachev de 2018. À titre de comparaison, voir le rapport de 2015 du Memorial Anti-Discrimination Center sur le statut des Roms dans les territoires des républiques autoproclamées. 

  53. Il ne semble pas exister de données plus détaillées, mais en 2013, les oblasts de Donetsk et de Louhansk comptaient une population combinée d’environ 6,6 millions d’habitants. Selon une étude de 2019, 3,2 millions de personnes vivaient sur les territoires des « républiques ». Ce sont principalement les jeunes générations qui sont parties. 

  54. Le seul projetimportant a été un investissement de 500 millions de roubles (environ 7 millions d’euros) dans l’usine DonFrost, qui produit des réfrigérateurs à Donetsk. 

  55. Sur les conséquences environnementales du déclin de l’industrie minière dans le Donbas, voir cet article de 2019. Les conditions de travail dangereuses dans les mines ukrainiennes sont notoires depuis l’époque soviétique. La mine A. F. Zasiadko, dans l’oblast de Donetsk, est peut-être la pire de toutes – lors d’un accident minier survenu en 2007, plus de cent mineurs y ont trouvé la mort. Pendant la guerre, la mine est passée sous le contrôle de la RPD. En 2015, une explosion de gaz a tué 33 personnes. 

  56. En février 2022, le journal russe Kommersant a écrit que le salaire moyen était de 15 000 roubles dans la RPD et de 18 000 roubles dans la RPL. Nous n’avons pas trouvé de témoignage confirmant ce chiffre. Néanmoins, il ne représenterait qu’environ 60 % du salaire moyen actuel en Ukraine. 

  57. Voir, par exemple, l’entretien avec un membre des forces armées de la LPR en captivité en Ukraine. Jusqu’au début de la guerre dans le Donbas, il avait travaillé comme mineur. Grâce au taux de change de la hryvnia, qui était beaucoup plus favorable à l’époque, il gagnait environ 1200 dollars par mois. Après l’établissement de la « république » et la fermeture de la mine, il s’est engagé comme soldat, gagnant 200 à 300 dollars par mois (avec de la nourriture gratuite). Plusieurs autres entretiens avec des prisonniers de guerre de la LPR contiennent des détails intéressants sur la vie quotidienne dans la « république ». 

  58. Advego, une bourse d’emploi pour les indépendants, est très populaire parmi les travailleurs de Donetsk. Il y a également eu quelques expériences avec des crypto-monnaies (et les systèmes frauduleux associés). Ce penchant pour « l’innovation financière » n’est pas surprenant, car l’administration de la RPD est dirigée par Denis Pushilin, qui avait autrefois été impliqué dans le système de Ponzi « MMM » immensément populaire. 

  59. Pour d’autres grèves et manifestations de mécontentement des travailleurs en RPD et RPL en 2020, voir, par exemple, ce reportage de Novosti Donbassa ou cet article avec une chronologie détaillée de la grève à l’usine métallurgique d’Alchevsk (RPL). 

  60. Parmi eux se trouvait Aleksey Mozgovoy, commandant de la brigade Prizrak et, selon ses propres termes, un « monarchiste ». Cette brigade a été formée à partir des unités d’autodéfense de l’Anti-Maidan dans l’oblast de Louhansk. La rhétorique populiste de Mozgovoy a attiré un certain nombre d’« interbrigadistes » étrangers et a également fait illusion à certains gauchistes slovaques. Son unité a d’abord résisté à l’intégration dans les structures officielles de la LPR, mais après son assassinat, cette résistance a été rapidement surmontée. Pour un compte rendu plus détaillé de la Brigade Prizrak, voir l’étude de Volodymyr Ishchenko (pp. 79 et suivantes). 

  61. Voir, par exemple, les opinions des personnes interrogées dans la vidéo du vlogueur russe Varlamov, disponible avec des sous-titres anglais. 

  62. Les voyages depuis les « républiques » sont compliqués mais pas impossibles. Les personnes disposant de passeports permettant de voyager à l’étranger (par opposition aux « passeports internes », c’est-à-dire les cartes d’identité nationales) pouvaient se rendre en Europe via la Russie. La traversée vers et depuis le territoire ukrainien a été difficile dès le départ. Il fallait faire la queue et passer de longs contrôles de sécurité. Les retraités devaient régulièrement endurer ces difficultés pour recevoir leurs pensions, car la partie ukrainienne ne les versait qu’en personne. En revanche, les étudiants de la RPD et de la RPL ont pu entrer dans les universités ukrainiennes. En 2020, les voyages vers l’Ukraine ont été restreints sous le prétexte de la pandémie, mais les postes de contrôle vers la Russie sont restés ouverts. 

  63. PrivatBank, qui appartenait à Ihor Kolomoiskyi et Gennadiy Bogolyubov, a également connu de graves difficultés. L’une des premières banques commerciales créées après l’indépendance de l’Ukraine, elle contrôlait la plus grande part du marché intérieur. Elle utilisait les dépôts des consommateurs pour prêter massivement aux entreprises de ses actionnaires. La crise de 2014–2015 l’a prise en défaut de capitalisation et elle a dû être nationalisée en 2016. Les enquêtes sur ses pratiques douteuses sont toujours en cours. La branche ukrainienne du géant mondial de l’audit PwC, qui a approuvé ses états financiers, a ensuite perdu sa licence pour effectuer des audits bancaires. 

  64. Les changements sont également liés au fait qu’après 2015, les statistiques ukrainiennes n’incluent pas les territoires occupés des oblasts de Donetsk et de Louhansk. 

  65. Alors qu’en 2013, l’Ukraine a dépensé environ 1,6 % de son PIB en armements, en 2015, cette part a augmenté à plus de 3,2 %. 

  66. Cette option est la plus populaire (près de 15 %) dans l’ouest de l’Ukraine, et la moins populaire dans l’est (4,3 %) ; dans le Donbas, elle est de 7 %. De même, seuls 8,5 % des Ukrainiens pensent que le rôle de l’État dans l’économie devrait être réduit. 

  67. Cependant, en 2020, une manifestation a permis d’empêcher la privatisation prévue de l’usine Artemsil de Soledar (Oblast de Donetsk), l’une des plus grandes salines d’Europe. Après l’invasion de 2022, elle a dû arrêter sa production. 

  68. Pour un compte rendu détaillé de la situation des mineurs, voir la traduction anglaise de l’articlede 2016 de Vitaly Atanasov. 

  69. Cette tactique a une raison d’être spécifique en Ukraine. Les grèves des transports susceptibles d’interférer avec le transport de passagers ou de menacer les entreprises qui fonctionnent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sont interdites par l’article 18 de la loi « sur les transports ». La grève en question a été lancée par le petit syndicat libre des cheminots (VZPU), plus militant, tandis que le grand syndicat des cheminots et des travailleurs de la construction des transports a pris ses distances par rapport à cette action. 

  70. Pour un compte rendu détaillé de la situation dans les hôpitaux ukrainiens à travers les yeux de l’infirmière Nina Kozlovskaya, voir l’article2020. 

  71. Voir aussi l’article sur les luttes menées par les coursiers de Glovo. 

  72. Après un appel, les mineurs ont gagné – pour le moment. 

  73. Svoboda s’est présenté dans le cadre d’une large coalition avec le Corps national, le Secteur droit et d’autres partis d’extrême droite plus petits. Il n’a obtenu que 2,15 % des voix, ce qui correspond à un siège. 

  74. En 2019, le ménage ukrainien moyen a consacré près de la moitié de ses revenus à la nourriture et aux boissons non alcoolisées. Il a dépensé moins de 2 % pour les loisirs et la culture ou pour les hôtels et restaurants. En revanche, les chiffres équivalents pour la Slovaquie sont respectivement d’environ 17 %, 5 % et plus de 4 %. Inutile de rappeler à nos lecteurs occidentaux que la Slovaquie n’est pas un paradis. 


Čítajte na Karmíne

O tragédii ukrajinskej triedy pracujúcich

Rozhovor s Karmínou pre časopis Sozial.Geschichte Online.

Tragédia ukrajinskej triedy pracujúcich

Klanový kapitalizmus, národnostná otázka a vojna.

Trieda nie je z ocele

Mytológia covidových pasov verzus proletárska prevencia.

„Musíme držať spolu“

Príbeh úspešného štrajku v Booster Precision Components (Beluša, 2021).